Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 24, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Monaco – Luxe, crime et corruption

13 avril 2021 |
SERIE
Monaco - Luxe, crime et corruption
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
17.95 €
DATE DE SORTIE
22/03/2021
EAN
2302093100
Achat :

Confetti de 2 km2 situé entre Nice et Menton, la ville-état de Monaco possède la richesse moyenne estimée par habitant la plus élevée au monde : 1,92 million d’euros par habitant, rien que ça. Depuis le XIXe siècle, la famille régnante dont est issu le très médiatisé prince régnant Albert II a misé, comme de nombreux micros-États, sur le créneau très prisé des facilités fiscales, et des mondanités qui les accompagnent. Aujourd’hui, Monaco est donc logiquement un de ces ghettos pour riches ultra-sécurisé, qui, à notre époque d’inégalités toujours plus exacerbées, ont visiblement le vent en poupe. Mais attention, une fois passées les dorures des photos de galas caritatifs, une réalité brutale se dessine : de famille, d’amis ou de patrie, il n’y a point. Dans le monde fermé et vénal des riches, la seule valeur est l’argent.

monaco-imageCe bel album de 100 pages est le résultat d’un travail de longue haleine. La journaliste indépendante Hélène Constanty (Corse, l’étreinte mafieuse, Razzia sur la Corse) a commencé à s’intéresser à cette ville si particulière en 2014, au détour d’un fait divers : l‘assassinat à Nice d’une riche héritière de l’immobilier monégasque, Hélène Pastor. En 2016, sa curiosité d’enquêtrice piquée au vif et épaulée par le dessinateur Thierry Chavant (Sarkozy-Kadhafi, 22, Méliane), elle a utilisé le fait divers comme point de départ, pour brosser, dans le numéro 13 de la Revue Dessinée, une sorte de portrait de la ville par l’envers de son décor. Ce dossier d’une quarantaine de pages fait figure de prototype au présent album.

À partir du même concept, et en ajoutant à l’affaire Pastor une seconde affaire, sur laquelle Hélène Constanty a enquêté en 2018 (la corruption supposée de plusieurs gradés de la police par l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev), les auteurs livrent ainsi, 5 ans après le début de leurs investigations, une sorte de chronique monégasque. Les affaires en question, tout à fait rocambolesques, sont abordées dans le détail et avec la rigueur journalistique de mise (à partir notamment de la documentation judiciaire), tout en évitant habilement de noyer le lecteur sous l’information. Le choix narratif de faire d’Hélène Constanty un personnage, en assumant au passage son point de vue dans une écriture à la première personne, y est pour beaucoup, en permettant de ménager des respirations bienvenues entre chaque épisode. Tout comme la mise en scène léchée de Thierry Chavant – qui a entre-temps fait de la BD du réel sa spécialité, avec entre autres le très réussi Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes. S’il a parfois eu la main un peu lourde sur les effets de l’ambiance polar, son talent pour l’allégorie continue de faire merveille, avec quelques séquences qui pourraient faire figure de cas d’école. D’autant que la couleur, une subtile bichromie noir/jaune toute en contraste sur fond de sépia, est un petit bijou.

Tout au plus, pourra-t-on relever une certaine confusion dans la deuxième partie – l’affaire Rybolovlev – dont les faits sont moins impressionnants, et qui est surtout plus compliquée à saisir. Cela se justifie probablement par le fait que, n’étant pas encore passée en jugement, elle n’a pas connu son dénouement et demeure donc plus floue.

Passé son côté un peu tape à l’oeil, Monaco – Luxe, crime et corruption est une porte d’entrée à la fois solide et grand public, graphiquement très réussie, pour mieux connaître le cas monégasque, proche de nous par ses frontières et à des années lumières de nos existences par ses codes. On remet ça dans cinq ans ?

Commentaires

  1. lucky2

    Vraiment, n’importe quoi, je suis un habitant de Monaco, et ma richesse s’élève à 2500€
    encore une journaliste jalouse de Monaco et qui ne raconte que le 1% de la réalité Monégasque

Publiez un commentaire