Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

8 Comments

Petite revue de presse #51

2 avril 2010 |

Au menu cette semaine : du numérique, un corsaire, une actrice, deux geeks et des poissons d’avril.

rp51_ipadNumérique par-ci, numérique par-là…

Autour du Salon du livre, on a (encore) beaucoup parlé de révolution numérique. Comme l’an dernier, on nous promet que les écrans vont enfin accueillir des bandes dessinées, adaptées ou créées pour les nouveaux supports. Bon, comme je l’écrivais ici à propos d’Izneo, on peut sérieusement commencer à y croire. Ave!Comics se dit prêt pour l’iPad, Mobilire et CanalBD aussi. Dans les prochains mois, il faudra donc certainement compter avec la tablette d’Apple quand on pensera BD sur écran. D’autant qu’Izneo lorgne déjà sur ce nouveau support, comme sa directrice du développement, Amélie Rétorré, le confie au Journal du Net. En attendant, le blog Des bulles carrées met le doigt sur « le schéma insoluble » qui se dessine, entre la lutte contre le piratage, le manque de création pour l’écran, le modèle économique tâtonnant et l’atteinte à l’oeuvre originale lors de la numérisation. Et Joann Sfar explique aux Inrocks pourquoi il a signé l’Appel du numérique du syndicat des auteurs, mais aussi pourquoi il signe pour des adaptations numériques de ses livres avec les éditeurs. Très indécis, il se dit surtout très inquiet pour le prix unique du livre : « Je vois avec le numérique le risque de battre en brèche le prix unique du livre. Or, c’est le prix unique du livre qui fait que l’édition française ne se porte pas trop mal aujourd’hui. Avec le numérique, les éditeurs sont aujourd’hui coincés : d’une part, ils ont affaire à de très grosses plateformes de téléchargements et de diffusion qui essaient de leur dicter leurs lois liées au numérique. D’autre part, ils traitent avec des auteurs qui ne sont pas prêts à signer n’importe quoi. » rp51_epervierEt l’auteur de se dire aussi tenté par l’expérimentation de création sur écran. Voilà qui est intéressant.

L’Épervier à la télé

En matière d’adaptation BD à l’écran, il n’y a pas que les comics et les super-héros à faire recette. La bande dessinée historique L’Épervier, de Patrice Pellerin, va devenir une série télé. Le tournage vient de commencer, en Bretagne notamment, nous apprend Pure People. Le site dévoile aussi une partie du casting : Aurélien Wiik (vu dans Des illusions et Un homme et son chien) incarnera le héros Yann de Kermeur, et on retrouvera à ses côtés Lou Doillon, Martin Lamotte, Fanny Valette et Grégoire Colin. Six épisodes de 52 minutes sont prévus, mais il faudra attendre l’automne 2011 pour découvrir les aventures maritimes du corsaire breton sur France 2.

rp51_adeleAdèle arrive

L’événement approche à grands pas : l’adaptation ciné de Adèle Blanc-Sec par Luc Besson sera sur les écrans français le 14 avril et… nous ne l’avons pas encore vue. Mais le veinard Aurélien Ferenczi de Télérama a pu assister à une séance et il a bien aimé, comme il l’écrit sur son blog. Il avoue sans hésiter qu’il n’a jamais lu la bande dessinée de Tardi et confesse un attrait pour Louise Bourgoin, qui interprète l’héroïne. « Ce qui marche, c’est l’humour global de la chose. On aime, par exemple, que miss Bourgoin multiplie les déguisements pour délivrer le savant qui pourra l’aider (…). On aime plus généralement l’insolence calculée dont elle fait preuve, la vie, le relief, qu’elle apporte à cet univers un peu sous cloche (beaux décors et images de synthèse ici et là). D’une certaine façon, il est bien qu’elle ait son franc-parler, cette jeune actrice-là, une drôle de façon de surjouer avec naturel. On aime aussi qu’elle sorte précipitamment de son bain, mais c’est une autre histoire. » C’est alléchant. Et en attendant, la dernière bande-annonce et une vidéo de l’enregistrement de la chanson du film avec Louise Bourgoin et Thomas Dutronc.

Deux geeks au pouvoir

rp51_ironman2Newsarama publie un joli papier sur deux geeks qui ont pris le pouvoir dans le monde des super-héros au cinéma : Kevin Feige, patron des Marvel Studios, et Geoff Johns, nouveau chef créatif de DC Comics. Après leurs études du cinéma, les deux garçons ont démarré dans le giron du réalisateur Richard Donner (L’Arme fatale, mais surtout le Superman avec Christopher Reeve) et de  son épouse Lauren Shuler Donner, la productrice qui lança la trilogie X-Men. Deux personnes qu’ils admiraient et qui leur ont ouvert la voie vers leurs rêves : développer les licences de leurs super-héros préférés. Kevin Feige porte Iron Man et Thor au ciné, et Geoff Johns travaille sur Flash et Green Lantern. « Kevin et Geoff possèdent tous deux cette rare capacité à pouvoir conserver leur intégrité alors qu’ils gravissent les échelons, salue Lauren Shuler Donner. Ce qui, à Los Angeles, est loin d’être aisé. »

Les blagues de la semaine

Pas de phrase cette semaine, marquée par les traditionnels poissons d’avril. Mais quelques gags rituels du côté de nos confrères d’ActuaBD, toujours en verve quand il s’agit de faire des blagues. Avec des « infos » plus grosses que la Porsche de Ric Hochet : les droits de Spirou acheté par David Duchovny, Bastien Vivès dans un film sur Dalida, Moulinsart qui attaque Europa Corp, etc. J’en ai mal aux côtes.

Images Ave!Comics / Sceneario – Philippe Sautier – Patrice Pellerin – Europa Corp

Commentaires

  1. Francois Pincemi

    ActuaBD signale aussi l’adaptation de ma vie en BD par Sergio Salma. Comme je l’ai signalé sur le site, j’aurai préféré que Manara ou Serpièri s’en chargent, mais bon faute de grives, on mange des merles! arf arf!!

  2. Francois Pincemi

    ActuaBD signale aussi l’adaptation de ma vie en BD par Sergio Salma. Comme je l’ai signalé sur le site, j’aurai préféré que Manara ou Serpièri s’en chargent, mais bon faute de grives, on mange des merles! arf arf!!

  3. Francois Pincemi

    ActuaBD signale aussi l’adaptation de ma vie en BD par Sergio Salma. Comme je l’ai signalé sur le site, j’aurai préféré que Manara ou Serpièri s’en chargent, mais bon faute de grives, on mange des merles! arf arf!!

  4. Francois Pincemi

    « faute de grives, on mange des merles! « voila un adage pour les chats! Je prefere les souris ou les minettes. En tant qu’homme, j’apprécie la terrine de grives, mais les merles…ça doit ressembler à du corbeau! Croa Crao! Non Rahan, je n’ai pas appelé ton père! Quel crétin, ce fils des ages farouches! arf arf arf!

  5. Francois Pincemi

    « faute de grives, on mange des merles! « voila un adage pour les chats! Je prefere les souris ou les minettes. En tant qu’homme, j’apprécie la terrine de grives, mais les merles…ça doit ressembler à du corbeau! Croa Crao! Non Rahan, je n’ai pas appelé ton père! Quel crétin, ce fils des ages farouches! arf arf arf!

  6. Francois Pincemi

    « faute de grives, on mange des merles! « voila un adage pour les chats! Je prefere les souris ou les minettes. En tant qu’homme, j’apprécie la terrine de grives, mais les merles…ça doit ressembler à du corbeau! Croa Crao! Non Rahan, je n’ai pas appelé ton père! Quel crétin, ce fils des ages farouches! arf arf arf!

  7. Francois Pincemi

    Mouiiii, je suis plutôt d’accord avec Sfar. Il faut avancer sur le dossier du numérique (merci d’avoir donné le lien). Aprés, chacun lira les BD comme il le veut, sur papier ou sur l’écran de son Ipad (je sens que les optichiens vont se réjouir)… mais il ne faut pas que les créatifs soient lésés… et que leurs éditeurs gagnent plus de fric sur leur dos. les libraires vont déjà perdre du fric, eux qui sont déjà concurrencés par les sites web à fort capital comme ah ma zone! qui fait la remise de 5% loi lang et offre en plus la livraison en domicile en colissimo à ses clients. Je me fais un plaisir de leur commander les livres très lourds et peu chers pour leur apprendre à ne pas trop boousculer le libraire de quartier qui doit payer un loyer en centre ville, et des employés pour dire « Bonjour, je peux vous renseigner? »

  8. Francois Pincemi

    Mouiiii, je suis plutôt d’accord avec Sfar. Il faut avancer sur le dossier du numérique (merci d’avoir donné le lien). Aprés, chacun lira les BD comme il le veut, sur papier ou sur l’écran de son Ipad (je sens que les optichiens vont se réjouir)… mais il ne faut pas que les créatifs soient lésés… et que leurs éditeurs gagnent plus de fric sur leur dos. les libraires vont déjà perdre du fric, eux qui sont déjà concurrencés par les sites web à fort capital comme ah ma zone! qui fait la remise de 5% loi lang et offre en plus la livraison en domicile en colissimo à ses clients. Je me fais un plaisir de leur commander les livres très lourds et peu chers pour leur apprendre à ne pas trop boousculer le libraire de quartier qui doit payer un loyer en centre ville, et des employés pour dire « Bonjour, je peux vous renseigner? »

Publiez un commentaire