Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« LA CONJURATION D’OPALE »

29 avril 2006 |

RICHES LIEUX ET PAUVRE INTRIGUE
Pourquoi un scénariste plaque-t-il une intrigue fantastique sur un contexte historique ? Se sert-il de l’histoire pour habiller son scénario ou le scénario est-il prétexte à faire revivre des temps anciens ? On a pu se poser la question en lisant le premier tome de La Conjuration d’opale. À l’époque du siège de la Rochelle, en 1628 – océan, mur de bateaux, ville assiégée, Richelieu chef de guerre, voilà pour la partie historique -, deux hommes et une femme, chacun représentant une religion monothéiste, tentent de régler la dette que leurs ancêtres ont contractée vis-à-vis d’un
certain Nostradamus – voilà pour la partie fantastique. Le dessin tout en finesse, ciselé et élégant fait merveille. Le tome 2 lève le voile : La Conjuration est un mélange de Scorpion et de Triangle secret, saupoudré d’un poil de sexe sage. Le brouet est copieux mais la recette commence à rancir. Dommage (La Conjuration d’opale #2 : La Loge, par Grun, Corbeyran & Nicolas Hamm, Dargaud, 11 euros).

Publiez un commentaire