Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

3 Comments

Rork – Les Fantômes ***

7 janvier 2013 |

picto-critique-V3-3rork_couvPar Andreas. Le Lombard, 14,45€, août 2012.

Nul besoin d’avoir lu les aventures de Rork, dont la publication a débuté en 1983 dans Tintin et s’est achevée en 1994, pour apprécier cette nouvelle aventure du héros d’Andreas (dont l’expo malouine sera bientôt à Angoulême), voulue comme un one-shot.

rork_1Sorte de mage blanc à la longue chevelure, Rork peut voyager dans le temps. Le voilà ici sollicité par un homme angoissé, capable jusqu’à très récemment de communiquer avec des fantômes. Son pouvoir semble avoir disparu, pour des raisons qu’il dit ignorer…

La maestria de ce bel album ne tient pas vraiment à l’intrigue, bien ficelée, subtilement embrumée, et dont le mystère ne s’évapore pas totalement. Mais bien au sens de la narration et du découpage de son auteur. Andreas maîtrise en effet admirablement l’art de construire un univers réaliste s’échappant progressivement vers l’onirisme, et de l’installer de façon complexe, géométrique et soigneusement pensée sur les pages. Ses échappées graphiques vers le surnaturel sont servies par un trait solide, puissant, ainsi qu’une délicate mise en couleurs (par Isa Cochet). Une oeuvre subtile et sensible, qui stimule l’intelligence visuelle de son lecteur.

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

rork_2

Commentaires

  1. cricri

    heureusement qu’il existe une expo sur andreas qui tourne actuellement à travers la france , car sinon quand entendrions nous parler de son immense talent ????
    nous sommes en janvier 2013 et voici une critique d’un ouvrage d’aout 2012 !!!!????
    ni bodoi , ni case mate ne se font jamais les échos du travail phénoménal et régulier de cet artiste !
    c’est très dommage !

  2. @ cricri : Etant donné le volume d’albums publiés chaque mois, qui rend difficile leur couverture en « temps réel », nous sommes partisans du « mieux vaut tard que jamais »… Et nous reviendrons prochainement sur le travail d’Andreas par le biais d’une interview.

Publiez un commentaire