Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 20, 2018















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sacha Guitry #2

13 juillet 2018 |
SERIE
Sacha Guitry
ALBUM
Le mal-aimé - 2
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14.95 €
DATE DE SORTIE
07/03/2018
EAN
2344017321
Achat :

Dans la seconde partie de ce diptyque consacré à Sacha Guitry, on retrouve l’auteur en 1939, au moment où la France entre dans une période sombre et complexe, celle de l’Occupation. Pourtant cette année est faste pour l’auteur : il s’apprête à se marier pour la quatrième fois, il prépare un nouveau film, il est élu à l’Académie Goncourt. En cure dans la station landaise de Dax au moment de l’armistice, Sacha Guitry n’a de cesse que de vouloir regagner Paris pour « sauver la culture française ». Pendant ces années il continuera brillamment à manier l’ironie, la provocation … Mais que retiendra l’Histoire ? Le sous-texte anti-allemand de ces pièces ? Pas sûr, car jouer les mondanités avec l’occupant est un jeu dangereux qu’il paiera en partie dans les années d’après guerre. 

sacha_guitry2_image1 C’est une période plus connue de la vie de Guitry qui est ici évoquée par les auteurs Noël Simsolo (Docteur Radar, Beauté noire, Pornhollywood, Les Miroirs du crime) et Paolo Martinello (Trois souhaits, Catherine de Médicis), celle d’un auteur vieillissant bien que toujours cinglant et alerte, celle de la légende noire : la misogynie, l’intelligence avec l’ennemi.

Le dessinateur continue à croquer l’univers de Guitry dans un trait caricatural plutôt noble ; l’élégance émerge donc toujours sans rupture stylistique – et a fortiori sans originalité – avec le premier tome. Le scénariste choisit d’aborder la question centrale ici de la collaboration sous l’angle nuancé d’un homme à la culpabilité très relative. Notons toutefois que, comme dans beaucoup de cas, les débats restent encore vifs sur le positionnement de l’auteur dans cette période. Peut-être peut-on regretter que, dans une optique hagiographique, le scénariste prenne clairement partie en faveur de son sujet, mais rien n’interdit de penser que Sacha Guitry est représentatif de la majorité des Français de l’époque : anti-allemand d’un côté, mais bien plus conciliant envers la politique du maréchal Pétain de l’autre. Pas de faux procès pour cette BD donc, gardons juste un peu d’esprit critique.

sacha_guitry2_image2

Publiez un commentaire