Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sélection Comics – Rising Stars

6 juin 2012 |

La Sélection Comics vous propose un focus sur un titre anglo-saxon qui vous sortira de la routine super-héroïque. On se replonge ce mois-ci dans Rising Stars, énième mais intelligente relecture du mythe du super-héros, démarrée en 1999 et dont Delcourt se charge de la réédition. Un classique du genre, dont les liens avec le monde des séries télé sont assez nombreux.

selection_comics_rising_stars_couvAvec la sortie du film Avengers, le grand public a enfin l’occasion de prendre la juste mesure du talent protéiforme de Joss Whedon, rare scénariste à s’être imposé à la fois la télé, dans les comics et au cinéma. L’autre grand spécialiste du port multiple de casquettes se nomme J. Michael Straczynski. Il est avant tout célèbre pour sa saga Babylon 5, qui marqua la science-fiction télé dans les années 90. Il a signé les scénarios de nombreux films dont L’Échange de Clint Eastwood. Mais ce quasi-sexagénaire mène aussi de front une brillante carrière dans les comics qui l’a vue notamment tenir les rênes de The Amazing Spider-Man entre 2001 et 2007.

Sa contribution personnelle à la BD la plus remarquable s’intitule Rising Stars. Une série lancée en 1999 chez Top Cow et qui allait connaître une histoire éditoriale un peu mouvementée. On vous passe les détails, mais les brouilles entre Straczynski et Top Cow faillirent priver les lecteurs de la conclusion de l’histoire qui se fit longtemps attendre. D’autant plus fâcheux que Straczynski avait pensé Rising Stars comme une saga bouclée dont il connaissait dès le départ l’issue. L’auteur avait déjà fait le coup avec Babylon 5, conçue dès l’origine pour se déployer sur cinq saisons en dépit des incertitudes de la télévision, médium par définition hostile à toute forme de planification. Rising Stars, elle, se déploiera en trois grands actes, chacun séparé par des ellipses de plusieurs années. La série avait déjà fait l’objet d’une traduction en France chez Semic, et Delcourt en a relancé en début d’année la publication. Plus de douze ans après la sortie de son premier numéro, Rising Stars n’a pas pris une ride et mérite d’être considéré comme un classique de la relecture du mythe du super-héros.

selection_comics_rising_stars1Ce sous-genre un peu trop encombré, Straczynski l’a abordé sans aucune espèce de complexe. Quand bien même le point de départ de Rising Stars évoque celui de Watchmen : deux personnes retrouvées assassinées dans des circonstances louches s’avèrent dotées de super-pouvoirs. Un autre « spécial », le solitaire et torturé Poète, décide de mener l’enquête pour savoir qui a décidé d’éliminer ceux qui partagent sa différence. À savoir, 113 personnes nées au même moment dans une petite bourgade américaine et exposées lors de leur conception à un mystérieux flash. Tous ont été élevés à l’abri des regards sous encadrement du gouvernement qui s’est toujours méfié de leur potentielle puissance…

L’originalité n’est certes pas le maître-mot du pitch de Rising Stars. Ce qui en revanche est remarquable dans la série, c’est le ton qui est proposé : réaliste, tout du moins, aussi réaliste que possible dès lors que l’on parle de super-pouvoirs… Car les 113 de Pederson ne sont pas tous devenus des justiciers costumés, loin s’en faut. Il y a bien Flagg, le Captain America du coin. Mais c’est une multinationale un peu véreuse qui l’emploie, avant tout à titre publicitaire. La plupart des spéciaux ont mené des existences médiocres. selection_comics_rising_stars2Pour une poignée d’entre eux affublés de pouvoirs quasi-divins, certains ont souffert de dons de seconde zone, voire n’ont jamais donné signe d’un quelconque pouvoir jusqu’ici. Entre alcoolisme, dépression et marginalité, être un des 113 n’a pas été une sinécure.

Sautant du destin d’un de ces 113 à un autre au gré de l’enquête du Poète, la narration de Rising Stars est un modèle de comics moderne, puisant – hyperactivité de son auteur oblige – avec sagacité dans les codes du roman, de la série télé et du cinéma, autant que dans ceux de la bande dessinée. On ne soulignera d’ailleurs jamais assez combien la série Heroes s’est servie dans Rising StarsAu dessin, Keu Cha, Christian Zanier et Ken Lashley se relaient harmonieusement dans un style musclé et séduisant qui ne pèche que par les ressemblances parfois volontaires – mais souvent perturbantes à la lecture – entre certains personnages.

Du grand spectacle, intelligent, rondement mené, adulte et romanesque, c’est beaucoup moins fréquent qu’on ne le dit, sur quelque support que ce soit. Voilà qui confirme les points communs entre le travail de Straczynski et celui de Joss Whedon. Si le second vous a donné des envies d’empoignades épiques, il n’est que temps de (re)découvrir ce Rising Stars.

Guillaume Regourd

__________________________________

Rising Stars #1.
Par Keu Cha, Christian Zanier, Ken Lashley et J.Michael Straczynski.
Delcourt, 22,95 €, janvier 2012.

Achetez Rising Stards T1 sur Fnac.com
Achetez Rising Stars T1 sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

__________________________________

Publiez un commentaire