Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

5 Comments

Summer Wars : le bonheur, c'est les autres

11 juin 2010 |

summer_wars_introVoici sans doute le premier blockbuster de l’été. Le dessin animé japonais Summer Wars alterne avec bonheur moments intimistes, comédie et action spectaculaire, dans une animation dynamique et soignée. En salles depuis mercredi 9 juin, le nouveau film du réalisateur de La Traversée du temps est un plaidoyer pour l’union des peuples au-delà des frontières et des rancoeurs du passé.

summer_wars_afficheAu lendemain de la Guerre du Pacifique, et en seulement quelques dizaines d’années, le Japon a rattrapé, voire dépassé, plusieurs siècles d’évolution technologique occidentale. Aujourd’hui, et malgré un passé historique et culturel riche, le pays souffre d’une crise identitaire qui brouille parfois ses repères, ses valeurs, ses racines.

Réalisateur du film culte La Traversée du temps, Mamoru Hosoda évoque cette tension par le biais d’un média qui a changé le monde : Internet. Aux commandes d’une superproduction nommée Summer Wars, il démontre que le virtuel et le réel sont bien plus proches qu’on ne veut le croire, et surtout que la tradition et la modernité peuvent cohabiter avec bonheur. Ce n’est pas de la science-fiction, mais de l’anticipation ! Produit entre autres par le célèbre Studio Mad House (Vampire Hunter D Bloodlust), Summers Wars est un véritable festival de bons sentiments jamais mièvres et d’intimité familiale, entrecoupé de scènes d’action à grand spectacle riches en suspense.

Nous suivons ainsi la drôle de mésaventure de Kenji, un lycéen champion de maths, engagé par sa camarade de classe, Natsuki, pour jouer le rôle de son petit ami ! En effet, Natsuki se sent obligée de se mettre en scène pour faire plaisir à sa grand-mère mourante, lors d’une imposante réunion familiale. Mais contre toute attente, la dite grand-mère pète le feu et est à la tête d’une incroyable famille aux ramifications s’étalant sur tout le territoire nippon !

summer_wars_image3

Tout irait pour le mieux si un virus informatique ne décide de semer la pagaille dans OZ, le plus important réseau Internet mondial, sorte de Facebook ultime régissant les infrastructures du monde réel. Or, non seulement Kenji est accusé d’avoir piraté ce réseau, mais il semble que sa « belle-famille » soit impliquée dans le coup… Hors de question que l’honneur de cette dernière soit bafouée : cette fois, c’est la guerre !

Toile réelle de relations d’amis et de lointains cousins contre toile virtuelle regroupant près d’un milliard d’abonnés, le spectacle est garanti. Le réalisateur enchaîne avec virtuosité scène intimistes et comédie, avec des scènes d’action grandioses aussi bien virtuelles que réelles.summer_wars_image1 Summers Wars, c’est la démonstration ultime que l’union fait la force, qu’une cause commune peut annihiler les frontières, les différences, les rancœurs, mais aussi les regrets et erreurs du passé.

Formellement, les cyniques ne manqueront sans doute pas de snober ce film en raison de certaines situations convenues, d’un final un peu prévisible (mais ô combien jouissif), et d’un design général de personnages un peu simple pour un film de cinéma. Mais laissons de côté ces ronchons pour souligner la qualité de l’animation, les décors détaillés, la musique symphonique tonitruante, et la mise en scène ultra dynamique. En ce sens, les séquences se déroulant dans le monde virtuel d’OZ sont d’une grande richesse visuelle, soutenu par l’animation de milliers, voire de millions d’avatars presque tous différents et au style graphique unique, pop, et très coloré ! summer_wars_image5 Mais le plus grand tour de force du réalisateur est de donner une émotion palpable à ces univers virtuels pourtant réputés froids. OZ est au final une chimère qui nous fait prendre conscience qu’il existe une réalité bien palpable dont il faut en profiter chaque jour… Un beau paradoxe en soi.

Comme son nom le suggère, Summer Wars est sans doute le premier vrai blockbuster de l’été. Accessible aux néophytes des nouvelles technologies grâce à un discours didactique simple et rapide, son évocation d’une culture nippone pas si lointaine de nous autres Occidentaux – de par l’universalité de ses messages -, et nanti d’un humour ravageur, Summer Wars est un film à voir en famille, entres amis, mais surtout et avant tout en salle pour partager avec le public les émotions positives de cette gourmandise filmique !

summer_wars_image4

Kara

_______________________________

Summer Wars.
Par Mamoru Hosoda.
En salles depuis le 9 juin 2010, 1h54.

Le site du film.

Images © SummerWars Film Partners – Madhouse Productions

_______________________________

Commentaires

  1. Un beau film en effet ! Vue 3 fois et toujours avec le même plaisir :)

  2. Un beau film en effet ! Vue 3 fois et toujours avec le même plaisir :)

  3. Un beau film en effet ! Vue 3 fois et toujours avec le même plaisir :)

Publiez un commentaire