Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 24, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Un monde terrible et beau

4 mai 2020 |
SERIE
Un monde terrible et beau
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
18 €
DATE DE SORTIE
04/03/2020
EAN
207513989X
Achat :

Dans des États-Unis en proie à des tensions de plus en plus vives au sein de la société, Hannah et Johnny tentent de se construire un cocon. Une maison en bois, plutôt, avec un potager, en pleine nature, pour accueillir l’enfant qu’ils peinent à concevoir. Si Johnny passe le plus clair de son temps en menu bricolage et en consommation d’herbe, Hannah, elle, travaille comme aide à domicile auprès d’une dame âgée mal en point, et s’investit dans le militantisme contre l’usage des armes chimiques et pour une égalité de traitement des citoyens. Mais la répression envers la liberté d’expression, sa relation très proche avec une amie activiste plus radicale et l’impasse de son couple font vaciller son monde et ses espoirs.

un-monde-terrible-et-beau_image1 Si le titre français lorgne une forme de poésie porteuse d’espoir, le titre original est moins optimiste : The Hard Tomorrow évoque ainsi un monde de demain – mais d’aujourd’hui, en fait – qui se tend, se rigidifie, devient si dur qu’on se demande si on y trouvera sa place. Quand on est homosexuel(le), immigré(e), militant(e), non-violent(e). Ou qu’on vit hors du marché traditionnel du travail, qu’on est une femme sans enfant. Et d’ailleurs, est-ce bien raisonnable de vouloir un enfant dans un monde qui semble courir à sa perte? Voilà les questionnements qui sous-tendent ce récit intimiste, auxquels s’ajoutent des sujets très américains et contemporains, tels le contrôle des armes, les théories du complot, la surveillance des citoyens et des réseaux. Pour sa première longue histoire en bande dessinée, Eleanor Davis parvient à mêler tous ces grands thèmes dans une fiction réaliste et sensible, inspirée de son propre parcours. L’émotion surgit au détour d’une ligne fine et faussement frêle, dans un noir et blanc sans gris ni ombre. Par un mot, une posture, un extrait de chanson, un regard. Mais si la mise en scène et le dessin d’Eleanor Davis engendre de vrais moments de grâce, son scénario comporte trop de facilités dans les rebondissements et l’évolution des personnages. On voit alors les ficelles de son récit, des portes ouvertes trop largement enfoncées, une certaine manipulation des sentiments. Et dès lors, on n’y croit plus assez. Un bémol certain qui ne balaie cependant pas toutes les qualités entrevues ici : comme toute une vague de créatrices et créateurs de bande dessinées aux États-Unis (Jen Wang, Tillie Walden, AJ Dungo…), Eleanor Davis est une autrice à suivre de près, de très près. Car elle a des choses à dire sur les hommes et les femmes d’aujourd’hui. Et sur notre monde, si terrible et si beau.

un-monde-terrible-et-beau_image2

Publiez un commentaire