Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Aaarg meurt… et renaît !

5 novembre 2015 |

couv_AAARG11Une des plus belles revues BD depuis longtemps est obligée de tirer sa révérence. Aaarg!, en version bimestrielle, malgré un bel accueil critique et un noyau dur de fidèles, n’a pas réussi à trouver son équilibre économique. Voilà pour la mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que Aaarg! reviendra dès février avec une nouvelle formule : un magazine mensuel, disponibles en kiosques en plus des librairies, pour un prix divisé par trois. Coup de poker ou coup de folie ? Son rédacteur en chef, Pierrick Starsky, explique cette transformation forcée.

Pourquoi la revue Aaarg! ne peut-elle continuer sous le même format ?

L’accueil critique a été assez formidable, le soutien des libraires indépendants aussi. Et les lecteurs sont des fidèles. Hélas, la revue est un gouffre financier sans fond, notamment parce que la fabrication coûte très cher, et je ne te parle pas des frais postaux pour un tel objet. Notre seuil de rentabilité était à 8000 exemplaires, nous avons réussi à le faire baisser un peu en tirant les coûts partout. Mais nous ne l’atteignons pas. Et les retours [les livres invendus renvoyés par les libraires, plusieurs semaines voire mois après la mise en vente] nous ont fait très mal… La revue devait muer pour qu’on continue, tout en payant les auteurs.

 

aaarg_3couv

Pourquoi viser le réseau presse ?

aaarg_orb_couvLa question s’était posée dès le départ : kiosques ou librairies ? Le côté charnel du livre et le fait que nous connaissions mieux ce réseau nous avaient poussés vers les librairies. Mais dans l’idée d’une mutation de Aaarg!, plusieurs arguments pèsent désormais en faveur des kiosques : avoir une périodicité fixe, mensuelle, aide à la visibilité ; un prix inférieur à 5 € devrait combler la partie de notre lectorat qui ne peut débourser 15 € d’un coup pour une revue ; et la disponibilité de Aaarg! dans certains points de vente où l’on ne nous trouve pas, tels que les gares, nous paraît indispensable pour un périodique de bande dessinée.

Mais vous gardez tout de même une diffusion en librairies.

Oui, car nous n’avions pas envie de nous couper de nos soutiens des débuts, à savoir les libraires, réels partenaires, et tous ceux qui aiment le format d’origine, les afficionados du livre, avec beau papier, affiche. Nous allons donc proposer une version deluxe du magazine, à tirage très limité, pour moins de 10 €.

Ce « retour » vers la presse peut sembler incongru, car le secteur ne se porte pas très bien…

C’est vrai qu’on peut avoir l’impression qu’on fait la mutation à l’envers, surtout après l’explosion des revues et mooks. Je crois aussi que le lectorat de ces mooks est moins varié socialement – plutôt cadres que chômeurs, pour caricaturer – que le nôtre. Et on voit aussi que la presse BD en kiosques peut se renouveler, comme le montre Fluide Glacial dirigé par Yan Lindingre. Tout cela milite pour cette mue. Pour l’amorcer et séduire nos premiers abonnés avec de belles offres de lancement, nous allons ouvrir un financement participatif sur Ulule.

 

aaarg_noticias

Au niveau du contenu, Aaarg! va-t-il évoluer ?

aaarg_guedinLa ligne éditoriale autour des cultures pulp (polar, humour, fantastique, SF…) restera sensiblement la même, notamment pour la bande dessinée, même s’il n’y aura plus qu’une ou deux histoires à suivre. Dans chaque numéro, on pourra découvrir de nombreux auteurs de la la BD indépendante, alternative du monde entier : c’est un terreau assez vierge dans la presse. Il y aura toujours des nouvelles, avec notamment l’arrivée de la franchise du Poulpe, ou encore avec un nouveau projet de Jean-Marc Royon, l’un de nos auteurs phare. Pour les articles et dossiers, ce sera varié et pointu, on parlera de cinéma, de littérature, de musique, avec peut-être un côté un peu moins foutraque. Enfin, le magazine (et non sa version deluxe, les délais d’impression n’étant pas les mêmes) comportera un journal satirique d’actualités à l’intérieur, intitulé Rien (le fameux mot de Louis XVI dans son journal, le matin du 14 juillet 1789 ; et aussi parce qu’on a rien sans Rien), dirigé par Thibaut Soulcié. Cela faisait longtemps qu’on avait envie de parler d’actualité, mais les délais de création et de diffusion de la revue ne le permettaient pas.

La publication d’albums se poursuit-elle ?

Oui, même si, pour être honnête, c’est très compliqué économiquement. Il y a dix ans, on pouvait espérer vendre 5000 exemplaires d’un album tel que les nôtres; aujourd’hui, il est difficile de dépasser les 1200… On est un peu noyés dans la masse. Mais les albums font partie de notre projet et nous avons encore de belles choses à faire découvrir.

Propos recueillis par Benjamin Roure

Toutes les infos sur le changement de formule de Aaarg! ici.

aaarg_mensuel

Commentaires

  1. Ulule a déjà permis de collecter près de 20 000 euros, mais il leur faut plus pour financer l’impression. Souhaitant soutenir cette intiative sympathique, je me permets si vous le permettez de communiquer le lien qui permet d’avoir accès à ce type de financement participatif et tondu!°)
    https://fr.ulule.com/aaarg-mensuel/

  2. J’aime bien c’est goûtu et ça sent bon; AAh merde on est pas sur marmiton

Publiez un commentaire