Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Antimagia #1-2

12 juin 2013 |
SERIE
Antimagia
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
7.50 €
DATE DE SORTIE
12/06/2013
EAN
2818924146
Achat :

2 volumes paru sur 2 – Série terminée au Japon.

« C’est la crise ! » Plus qu’un leitmotiv, pire qu’une rengaine : la réalité. Avec plus d’un million de mangas vendus en moins l’année dernière, le marché est en récession. Trop de titres, budget des acheteurs en berne ; certains préconisent donc d’élaguer les « scories » encombrant le marché. Mais le problème est plus complexe : plus une population augmente, plus la quantité de gens réellement doués augmente en conséquence, et avec eux les titres de qualité. Que doit-on leur dire à ces auteurs doués ? « Désolé, il fallait être là une génération avant ! Il n’y a plus de place »? Soit l’éditeur décide de réduire la voilure, soit il continue de publier des nouveautés… mais en préférant des séries plus courtes plutôt que les grandes sagas/locomotives pouvant assurer un équilibre financier; en attendant des jours meilleurs…

antimagia_image1Ainsi donc, après l’excellent Amnesia chez Glénat (3 volumes), vient chez Doki Doki, Antimagia, qui malgré son pitch annonçant un long « buddy movie » d’heroic fantasy, ne comporte… que deux tomes ! Avec un tel format, l’auteur est quasiment tenu de faire dans une narration proche de la BD franco belge. Le lecteur est littéralement projeté dans un monde médiéval fantastique où le tyran d’un royaume se fait décapiter par un animal préhistorique ! Celui-ci est contrôlé par le prince déchu du même royaume, et dont la source des pouvoirs magiques n’est autre que l’annihilation progressive de ses souvenirs ! Pas le temps de souffler pour le prince Lucas qui part à la recherche du diable qui lui a fait conclure cet odieux pacte.

Efficace, joliment dessiné, sans temps mort, Antimagia prend tout de même le temps de poser une intrigue simple et limpide dans son premier volume, pour ensuite la densifier en une réflexion sur l’évolution des espèces et de la mémoire même de l’histoire de l’humanité. Un petit tour de force d’écriture en somme, pour un vrai plaisir de lecture ne dépassant pas la durée d’un bon long-métrage d’aventures, et pour un budget n’excédant pas le prix d’achat d’un DVD. Un « manga film » qui laisse un petit regret tout de même, celui de ne pas le voir se transformer en longue série. Mais il vaut mieux peu et bien, que beaucoup et lassant à la longue.

Kara

 

antimagia_image2

Publiez un commentaire