Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Dans la chambre du cœur se cache un éléphant

16 décembre 2016 |
SERIE
Dans la chambre du cœur se cache un éléphant
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
27/10/2016
EAN
2369120274
Achat :

coeur_elephant2Almo Brasil, écrivain en perte de vitesse, file en avion direction Balhore, « la planète la plus lointaine de la galaxie ». Un coin tranquille aussi, où il aura tout loisir de se ressourcer pour retrouver l’inspiration. Seulement voilà, il s’y rend peut-être pour de mauvaises raisons. La sexy et intrigante Suzi Loca, fantôme du web dont le profil Facebook invite au voyage (« Si tu me trouves, le monde est à nous ») finit par répondre à un mail d’Almo : une carte postale titrée Bons baisers de Balhore, avec une médina aux allures de bout du monde. Le début d’une fascinante évasion…

L’auteur italien Marco Galli nous avait agréablement surpris avec Océania Boulevard, il confirme ici avec une (fausse) histoire d’écrivain maudit confronté à ses démons : panne d’inspiration, muses en trompe-l’œil, sentiment de perte et d’abandon amoureux, violence d’une vie dissolue… S’inspirant toujours de Burroughs, l’auteur y ajoute des références (Hemingway) pour reformuler les siennes en un mélange improbable : c’est une scène montrant Un héros de notre temps de Lermontov qui parade à cheval sur l’air de Livin’ La Vida Loca de Ricky Martin !

Dans une réalité poisseuse et enchanteresse où se succèdent effrayants visages écarlates et rondeurs d’une médina vaporeuse, Almo y affronte ses doubles fantasmés : l’étrange Milo Ganz, écrivain au succès fulgurant ou Zelda, une chanteuse au charme vénéneux. Entre rêves bizarres, réalité sordide ou cauchemar halluciné, Almo va chercher à réveiller son élan créatif par une quête initiatique forcément risquée, navigant entre différents niveaux de réalité, embrumés de vapeurs éthyliques dessinant la seule question qui vaille : qui suis-je ? Car l’enjeu est là : baigner dans l’exotisme chaud d’un lacis rêvé et tenter de sonder la véritable nature de ce cœur-éléphant, cerné par la folie qui guette. La bichromie, les aquarelles tremblotantes ou le noir et blanc ténébreux participent de cet état hypnotique tortueux où braver la mort et l’aliénation permet de se sentir un peu plus libre, plus léger d’un mystère aperçu au détour d’une ruelle.

coeur_elephant

Publiez un commentaire