Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La République du catch

15 avril 2015 |
SERIE
La République du catch
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
20 €
DATE DE SORTIE
15/04/2015
EAN
220309558X
Achat :

catch_1C’est une histoire folle, belle, drôle. Avec des moments de folie, d’action pure, de suspense et de contemplation. Un pur plaisir de lecteur, une aventure étonnante, jouissive, touchante. Avec La République du catch, Nicolas de Crécy revient à la bande dessinée, laissée de côté depuis le quatrième épisode de Salvatore en 2010. Réalisé à la demande d’une maison d’édition japonaise, la Shueisha, et publié en épisodes, le récit s’inspire d’un projet de court-métrage inabouti.

On y suit l’épopée d’un petit bonhomme, Mario, issu d’une famille de mafieux dont il ne partage pas les valeurs. Amoureux de Bérénice, il vit avec son seul  ami, un manchot pianiste (oui, parfaitement). Il évolue dans un milieu pas tout à fait favorable aux faibles de son acabit, puisque des catcheurs à la solde des truands font la loi. Piégé par son propre neveu (un bébé maléfique, « mystère de précocité »), le voilà cible d’une étrange créature, mi-tête humaine mi-machine à tuer, baptisée Piccolo. Pour s’en sortir, Mario va s’allier à d’autres étranges individus — mention spéciale à La Perruque, « fait des cheveux des humains les plus misérables » —, et devoir combattre…

Oui, tout — ou presque — est fou dans cette République du catch, de ses personnages inattendus (dont certains renvoient au film animé Monstres & Cie ou à l’oeuvre d’Hayao Miyazaki) à ses ahurissantes péripéties — on se délecte encore de la course-poursuite entre Piccolo et Mario, dans une usine désaffectée. Le dessin virtuose de l’auteur embarque son lecteur pour une odyssée fulgurante, poétique. On ne regrettera qu’une chose : que l’album n’ait pas de suite annoncée. Si Nicolas de Crécy n’exclut pas de poursuivre ce que l’on imaginait être le début d’une saga, il dit attendre une éventuelle commande de son éditeur pour se remettre à l’ouvrage. Forcément, on trépigne.

catch_2

Publiez un commentaire