Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

8 Comments

Le Fils de l’ogre ***

8 janvier 2009 |

fils_ogre_couv.jpgbien.jpgPar Grégory Mardon. Futuropolis, 15 €, le 8 janvier 2009.

Ça commence comme un conte naïf pour enfants. «À l’orée d’une forêt profonde s’étendait un royaume…» Nous faisons la connaissance de Benoît, 13 ans, fils d’une vendeuse de tissus. Et puis tout dérape. Pas question ici d’une amourette avec une princesse ou d’une amitié solide entre chevaliers. Mais plutôt de la fascination morbide d’un gamin pour un bourreau. Le pré-ado en question n’est pas attachant du tout : malsain et cruel, il aime torturer les animaux. Quand il découvre la liaison du bourreau avec la reine, il emporte une preuve compromettante, qui, par un hasard malencontreux, fait châtier sa mère…

Le trait frais et lisse de Grégory Mardon – auteur de la très jolie Leçon de choses (Dupuis) – semble épouser avec jouissance une histoire à la noirceur d’abord délectable, mais qui finirait presque par mettre mal à l’aise. Le dessin suit les contours de ce récit mouvant, se fait carrément effrayant au détour d’une case et parvient à donner la chair de poule. Chanson de geste moyenâgeuse aux accents sombres, Le Fils de l’ogre saisit son lecteur aux tripes, le laissant in fine hagard, mis K.O. par une puissance dramatique allant crescendo.

Achetez Le Fils de l’ogre sur Amazon.fr

fils_ogre_planche4.jpg

Commentaires

Publiez un commentaire