Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 12, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les Coeurs de ferraille #1

12 juillet 2022 |
SERIE
Les Coeurs de ferraille
ALBUM
Debry, Cyrano et moi - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
13.50 €
DATE DE SORTIE
03/06/2022
EAN
B09SXPVBP3
Achat :

On dirait le Sud, celui des États-Unis à la fin du XIXe siècle. Mais ce n’est pas tout à fait ça. Dans les champs de coton ou dans les cuisines des propriétaires blancs, points d’esclaves ou d’employés noirs. En salopettes et chapeau de paille, des robots, silhouettes dégingandées dont le crâne ovoïde et les yeux en miroir expriment, paradoxalement sous cette absence de trait, une résignation, une douleur, une colère contenue. Dans ce décor rétrofuturiste étrange, on suit la jeune Iséa, humaine élevée par l’attachante robot nounou Debry, tandis que sa mère semble jouir de la vie de son côté. La gamine rêve en regardant le film Cyrano de Bergerac sur son écran et discute des heures avec une copine sur les réseaux. Mais quand sa tyrannique maman renvoie sa nounou, Iséa voit rouge : elle fugue pour retrouver cette robot qui l’a choyée, et découvre sur sa route les terribles conditions d’existence des machines…

les-coeurs-de-ferraille_image1 Les BeKa (Filles uniques, Coeur collège…) et José-Luis Munuera (Bartleby, Les Campbell, Le Signe de la Lune…) se lancent dans une mystérieuse et attachante saga tous publics, où il est fortement question d’ouverture aux autres, d’amour filial ou fraternel, de beauté, de libre arbitre, d’identité profonde, de vie en communauté, d’héritage… Un vrai conte philosophique, en somme, porté par une esthétique forte à la croisée des vieux Disney et de la BD western, avec en toile de fond des thématiques politiques (l’esclavage et la ségrégation, la violence tolérée d’un mouvement comme le KKK…) et de science-fiction, autour des intelligences artificielles et leur émancipation des humains. Tournée vers les ados, l’histoire ne recèle peut-être pour le moment pas de réflexion plus profonde sur le sujet robots/humanité, mais elle le manipule avec suffisamment de sérieux dans son décor original léché que la sauce prend sans forcer. C’est aussi là la vraie plus-value de l’album : un environnement graphique très soigné, avec ombres, trames et jeux de lumière pour magnifier le trait racé de Munuera, tout en puissance et lisibilité. Après la rencontre avec ces Coeurs de ferraille, on en reste aimanté.

les-coeurs-de-ferraille_image2

Publiez un commentaire