Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Les + du blog : PHILIPPE GELUCK (2/3)

8 novembre 2006 |

Portrait Geluck PhilippeCHARENTES ET POITOU !
Après la lettre ouverte adressée à Bernard Lavilliers par Philippe Geluck lors de Vivement dimanche prochain sur France 2, et avant celle à Alain Delon, voici comment l’auteur du Chat enveloppait, en octobre 2004, celle qui est aujourd’hui la favorite des sondages dans la course à l’Élysée.

Paris, le 31 octobre 2004

Chère Ségolène Royal,
J’ai rêvé de vous cette nuit. Ooh! Rassurez-vous, en tout bien tout honneur! Mes rêves ne sont pas polissons, mais policés. Celui-là était même politisé. J’ai rêvé que ça y était, que la première présidente de la République française avait été élue au suffrage universel. Et ne faisons pas durer le suspense, c’était vous! Après avoir été l’élue du cœur de François, vous deveniez l’élue de cœur des Français.

Quelques jours après vos prises de fonction, Michel et moi attendions dans l’antichambre du bureau présidentiel l’heure de notre rendez-vous. En effet, vous n’aviez pas attendu longtemps pour nous remettre à tous deux les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur, pour nous remercier de vous avoir consacré tout un dimanche sur France 2. En attendant que le Grand Chambellan vienne nous chercher, nous commentions les derniers événements. Cette élection était historique à plus d’un titre, car non seulement elle voyait une femme accéder pour la première fois à la plus haute responsabilité de l’Etat, mais encore y était-elle parvenue au terme d’un deuxième tour parfaitement inattendu, puisque les deux candidats arrivés en tête du premier n’étaient autres que François Hollande et vous-même.

Le dernier grand débat télévisé vous opposant restera dans les annales, car jamais l’on n’avait vu des protagonistes se tutoyer et s’appeler « Chéri », en finissant par se rouler un patin à la fin de l’émission tout en se souhaitant bonne chance. Voilà une chose que l’on n’avait jamais vue auparavant, lors des confrontations Giscard / Mitterrand ou Chirac / Jospin.

Le score avait été très très serré, et je soupçonne les indécis ayant fait pencher la balance en votre faveur de s’être laissés aller à juger les candidats sur leur physique plutôt que sur leurs idées. Car, il faut bien l’avouer, vous êtes beaucoup plus jolie que votre compagnon. Bref, même si c’est une déception pour François, il devient malgré tout à travers cette élection, le premier homme de France. Et lors de chacun de vos déplacements protocolaires, il est obligé de rester en retrait et de marcher quelques pas derrière vous, comme le duc d’Edimbourg avec Elisabeth II d’Angleterre.
D’être comparé au prince consort, déjà, ça lui plaît à moitié, mais ce qui l’énervé carrément, c’est que ses copains se sont mis à le surnommer « Bernadette ». Aujourd’hui, c’est lui qui s’occupe des pièces jaunes, avec David Douillet pour porter les sacs, et c’est lui qui récolte des fonds pour la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France avec Michel Drucker. Michel Drucker qui, à lui seul, fait tourner tous les hôpitaux de France avec ses trois bilans de santé quotidiens.

Mais revenons à la politique, avec vos premières décisions et nominations. Pour suivre l’exemple de Bertrand Delanoë qui avait transformé les appartements du Maire de Paris en crèche géante, vous avez rebaptisé l’Elysée en Maison du Poitou pour rendre à cette région l’amitié qu’elle vous avait faite en 2004 en vous élisant présidente du Conseil régional. Les gardes républicains sont remplacés par des agriculteurs en costume régional, les porcelaines de Sèvres par des fromages de chèvre et les limousines à quatre roues par des limousines à quatre pattes, de belles vaches qui paissent dans les jardins de l’Elysée-Poitou… Elles paissent, elles passent et elles pissent… (Et à ce propos, il faudra veiller à demander aux invités de la garden-party de ne pas oublier de mettre leurs bottes de caoutchouc). Bref, c’est idyllique et champêtre. Les gardiens de la paix traient les limousines matin et soir, et avec le lait récolté, on fabrique le beurre Présidente, le seul beurre vraiment républicain.

Les nominations, elles aussi, ont été bon train et la nouvelle présidente de la République a su se montrer magnanime envers ses adversaires, là où d’autres en auraient envoyé aux galères. Elle a nommé Jean-Pierre Raffarin maître d’hôtel à l’Elysée-Poitou, et avec le recul, ça ne lui va pas mal du tout, le côté légèrement voûté convient à sa nouvelle fonction. Jean-Louis Debré, ancien président de l’Assemblée nationale, est resté sur une sorte de perchoir puisqu’il a été nommé arbitre à Roland-Garros. Quant à Nicolas Sarkozy, il a été promu ambassadeur d’honneur à Bayonne, la présidente se disant sans doute que la meilleure solution pour ne plus l’entendre était de le faire Bayonnais.

Nous en étions là, Michel et moi, de nos considérations, lorsque nous entendîmes retentir la clochette du chambellan nous priant d’entrer dans le bureau de la présidente. Mais cette clochette avait un drôle de son… qui ressemblait furieusement à celui de mon réveille-matin.

Je me suis éveillé à cet instant précis, en réalisant qu’il s’agissait d’un songe. Une femme présidente, tu rêves! Les hommes ne sont pas encore prêts à lâcher leur joujou. Alors je vous en prie, chère Ségolène Royal, continuez à œuvrer et apportez-nous la preuve que ce serait vraiment bien.

Il faisait encore noir, j’ai allumé la lumière et j’ai embrassé tendrement ma femme. Elle a ouvert les yeux et m’a souri. Je lui ai dit :
– Reste encore un peu au lit, je vais nous préparer le petit-déjeuner. Tu veux des toasts?
– Oh oui, a-t-elle répondu, des toasts avec du beurre A.O.C. Charentes-Poitou!

Prochaine lettre : CHER ALAIN DELON…

Extrait de Oh toi le Belge ta gueule! par Philippe Geluck, préface de Michel Drucker, Casterman, 14,95 euros.
© Philippe Geluck, Casterman.

Lire les autres dossiers : 1/3, 3/3

Tags

Commentaires

  1. A voir absolument, une vidéo tourné à l’ocasion d’un vernissage mondain lors de l’expos « le chat sex poses » à l’école des Beaux Arts de Paris.

    http://6.upload.dailymotion.com/plaisir3000/video/x1diqv_lache-de-souris-aux-beaux-arts

  2. A voir absolument, une vidéo tourné à l’ocasion d’un vernissage mondain lors de l’expos « le chat sex poses » à l’école des Beaux Arts de Paris.

    http://6.upload.dailymotion.com/plaisir3000/video/x1diqv_lache-de-souris-aux-beaux-arts

Publiez un commentaire