Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 14, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Midnight Tales #1

4 juin 2018 |
SERIE
Midnight Tales #1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
13.90 €
DATE DE SORTIE
25/05/2018
EAN
B079PTDWBJ
Achat :

Mathieu Bablet, dont le talent a explosé aux yeux d’un large public avec Shangri-La, revient avec une série de recueils d’histoires courtes dont il construit l’univers, quand il ne le dessine pas aussi. Celui de l’Ordre de Minuit, un groupe de femmes protégeant les humains contre les attaques de créatures d’un autre monde, Grands Anciens ou bestioles mythologiques. À chaque histoire son héroïne ou son groupe d’héroïnes, avec toujours de grosses bagarres contre des harpies ou des géantes amphibies, et ce, au détriment d’une vie d’adolescente classique. Pas simple d’être une Midnight Girl !

midnight_tales1_image1Dans un format et une maquette proches de Doggybags, avec même des textes documentaires entre les chapitres, ce nouveau projet collectif est très séduisant. L’univers est malin, dans l’air du temps, quelque part entre les aventures de magical girls japonaises et les romans de Lovecraft, avec l’énergie et le goût du graphisme léché qu’on connaît au label 619 d’Ankama. Mathieu Bablet fournit des histoire prenantes et percutantes à Guillaume Singelin (pour le dessinateur de The Grocery: une bande de lycéennes délaissant leur bal de promo pour éviter un cataclysme), Sourya (pour le dessinateur de Talli fille de la Lune: une jeune Indienne victime d’un mariage forcé est tentée de rejoindre le monde des morts pour échapper à son destin) et l’étonnant Gax. Pour ce dernier, au design radical et éclatant, comme un jeu vidéo sale et griffonné, ce sera une série à suivre, pleine de monstruosités et de jeunes filles paumées. Elsa Bordier (La Grande Ourse) propose quant à elle une nouvelle classique et bien troussée. Le segment écrit et dessiné par Mathieu Bablet est sans doute le plus sombre et cruel, et donne toute sa dimension au projet. Qui devra aller plus loin dans ses figures et ses thématiques, pour ne pas ennuyer : car des filles qui tabassent des monstres, c’est sympa, mais ce ne sera pas toujours suffisant. Suite de l’aventure à l’automne.

midnight_tales1_image2

Publiez un commentaire