Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Pelote dans la fumée #2

20 janvier 2017 |
SERIE
Pelote dans la fumée
ALBUM
L'Hiver. Le Printemps. - 2
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
10/02/2016
EAN
2330057490
Achat :

pelote_dans_la_fumee2_image1Dans le premier tome, on rencontrait Ibro dit Pelote, et sa soeur Sandale. Abandonnés par leurs parents qui n’avaient même plus de quoi faire tenir debout leur cabanon de bidonville, coincés dans un orphelinat plein de gamins violents, ignorants, drogués ou tout simplement paumés. Sur leur visage quasi impassible, derrière une frange sale ou un sac plastique pour inhaler de la colle, on percevait un regard morne, vide, peut-être résigné, sans doute désespéré. Mais aussi une certaine rage de vivre, pas forcément dans la dignité, mais dans la liberté. Les revoilà dans ce second volume, récupérés par leur mère qui a trouvé un nouveau compagnon et travaille comme employée dans une grosse maison. La fin du cauchemar ?

À une époque imprécise, dans une ville imaginaire qu’on imagine aisément balkanique, sous influence slave et italienne, le Croate Miroslav Sekulic met en scène un petit théâtre de grands sentiments, interprété par des laissés pour compte, des orphelins, des petits criminels, des alcooliques, des artistes de cirque, des employés mal intentionnés. Une galerie de personnages étonnants, qu’on aurait pu croiser chez Ettore Scola, Federico Fellini ou Emir Kusturica, avançant en permanence sur un fil, et dont on ne sait jamais ce qu’ils ont en tête. Des filles et des garçons un peu flippants, souvent désagréables, mais qu’on finit par aimer, sous le pinceau expressionniste et lumineux de l’auteur. Car dans un récit très peu bavard – ce second tome encore moins – c’est bien le dessin, brossé finement en couleurs directes, qui fait naître les émotions. Précis mais pas tatillon, réaliste mais pas trop, il porte en chacun de ses traits et de ses choix chromatiques un sens, un esprit, un souffle. Et fait de ce diptyque une oeuvre puissante et rare en bande dessinée. Le Salon de Montreuil l’a bien compris en lui décernant une Pépite. Et le Festival d’Angoulême pourrait lui emboîter le pas, l’album étant en compétition cette année.

pelote_dans_la_fumee2_image2

Publiez un commentaire