Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 13, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Préférence système

16 octobre 2019 |
SERIE
Préférence système
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
23 €
DATE DE SORTIE
03/10/2019
EAN
2207142213
Achat :

En ce XXIe siècle bien avancé, le poids des données est devenu un fardeau pour l’humanité. Trop de contenus – textes, vidéos, sons – sont produits chaque jour et il n’y a tout simplement plus de place pour tout stocker, même numériquement. Ce qui pousse les instances politiques à trancher entre ce qui devra être conservé ou non. Ce recueil de poèmes que plus personne ne lit ? Effacé. Un film culte de Stanley Kubrick qui marqua la SF comme le cinéma à jamais, mais qui n’est presque plus jamais regardé ? Effacé. Le métier d’Yves est de défendre auprès des juges ces oeuvres qui sont sur la sellette, et leur éviter les oubliettes définitives. Et il ne peut supporter la sentence d’effacement, alors il les sauvegarde illégalement. Pendant ce temps-là, son androïde familial porte un enfant à naître. Une petite fille qui devra supporter l’insubordination de son père…

preference-systeme-image1Après Sukkwan Island et Paiement accepté, Ugo Bienvenu revient chez Denoël Graphic avec un livre ambitieux autour d’une idée vertigineuse : que faire si les ressources viennent à manquer pour conserver les traces du passé, culturelles ou historiques, dans les champs de l’art, de la politique, des sciences, etc. ? Il ajoute à cette vision du futur des robots hyper avancés, capables de porter des enfants à la place des femmes. Et l’ensemble donne une histoire de science-fiction à la base assez intello, mais qui opte pour la trame d’un thriller plutôt grand public. Une bonne idée qui se révèle piégeuse au final. Car si la plupart des idées de départ sont fascinantes et que la confrontation entre des préoccupations très humaines – la transmission de valeurs en premier lieu – et l’émergence d’une robotique autonome offre des séquences ultra fortes, le propos principal finit par se diluer de lui-même au fil de l’aventure. En effet, en premier lieu, on est scotché d’émotion au moment de l’accouchement précipité du robot, on est paralysé de stress devant les juges sans visage chargé d’envoyer 2001: l’Odyssée de l’espace à la poubelle, on est tendu à l’extrême lors du duel final d’androïdes. Car la mise en scène léchée et le trait réaliste glaçant (renforcé par une mise en couleurs volontairement très synthétique) d’Ugo Bienvenu sont d’une immense maîtrise. Cependant, en second lieu, on reste frustré par la dernière partie, car le sujet de la mémoire perdue, et dès lors de la perte de sens de toute l’humanité, n’est pas assez creusé, notamment dans ses conséquences possibles. Ugo Bienvenu offre une piste, poétique et légère, certes, mais il laisse le reste du champ de réflexion – immense – au lecteur, ce qui semble un peu facile. Ou à tout le moins peu satisfaisant. Préférence système n’est pas un mauvais livre, sûrement pas. Mais il n’est pas le grand livre de SF qu’il aurait pu être avec une telle idée de départ.

preference-systeme-image2

Publiez un commentaire