Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Simon Hanselmann: « Je n’ai pas de limites »

2 octobre 2017 |

DSCN1797 Les studios américains s’arrachent les droits de son Megg, Mogg an Owl (4 volumes), véritable carton outre-Atlantique, afin de l’adapter pour le petit écran. Mais l’auteur de Tasmanie, Simon Hanselmann, reste sourd aux enchères. Et enflamme la BD underground depuis maintenant quatre ans en France avec sa série trash mais poétique, sorte de « Simpsons chez les junkies ». Fourrés dans leur canapé à ne rien faire d’autres que comater, la trans Megg, le chat Mogg, et le hibou Owl trompent l’ennui dans des fêtes saturées d’alcool et de drogues. Finissent par vomir et errer au milieu des odeurs rances… Et pourtant, cette série est sans doute l’une des plus belles de ces dernières années. Car derrière l’outrance cultivée, c’est toute une poésie de la solitude qui se déploie, joli remède à l’inadaptation au monde. Forcément, à BoDoï, on a voulu en savoir plus sur un auteur et une série que l’on défend depuis ses débuts, en attendant la parution du tome 4 fin octobre, Happy Fucking Birthday (24 octobre). Tout un programme ! Nous avons donc rencontré Simon Hanselmann, au dernier festival d’Angoulême. Coup de chance pour les Parisiens, il sera présent au Festival Formula Bula, et il expose du 6 octobre au 18 novembre à la galerie Martel.

Quand a commencé votre passion pour le dessin ?

Je vivais dans une petite ville de Tasmanie avec ma mère, shootée en permanence. Du coup, je passais pas mal de temps seul à la maison et je lisais beaucoup de comics. Très tôt, je me suis mis à gribouiller, dessiner tout ce qui me passait par la tête car un truc opérait dans mon cerveau. Mais j’ai toujours dessiné en fait, de façon compulsive.

MM&O_HappyFucking inter.indd

Des images potaches déjà ?

HappyFucking_simulationcouvAu lycée par exemple, je dessinais déjà des trucs stupides mais drôles, du genre qui font marrer les ados. Des pénis, des caricatures et je publiais avec des potes des fanzines qu’on autoéditait et que l’on vendait un dollar. Ils me demandaient de faire des choses « originales », des conneries quoi. Genre dessiner Donald Duck en train de se faire sucer.

À quel point, justement, la vie de votre trio d’éclopés, toujours défoncés, ressemble à votre propre vie ?

Megg, Mogg and Owl, je l’accorde, est un peu fou, déjanté et se révèle finalement assez terrifiant. Mais franchement, ces personnages ne me ressemblent qu’à 25%, je dirais. Cette BD est un peu le miroir de ma vie quand j’étais jeune. J’ai grandi en Tasmanie à Launceston et c’est une ville paumée, peuplée d’alcoolos et de drogués. Je vivais avec des gens qui passaient leur temps à faire souffrir les autres, à s’en amuser et cette ville exhalait finalement une odeur bizarre. Avec mes potes, on traînait, on jetait des bouteilles, on buvait et on s’attirait les emmerdes. J’ai vécu dans cette réalité et faire cette BD, quelque part, m’a sauvé. Mon enfance dépressive m’a construit tel que je suis.

Mais vos personnages, s’ils sont cruels entre eux à un point difficilement imaginable, demeurent malgré tout inséparables ?

Oui, malgré toutes les cruautés et les vilenies, ils s’aiment et cultivent une véritable amitié. J’ai tout fait pour tenter de les rendre réels. Megg et Mogg s’acharnent en effet sur Owl mais pour exister, ils ont besoin de lui. Et au final, ils l’apprécient comme un bon gars malgré les bizutages, les loyers impayés et les coups de bite dans l’oreille. En tout cas, ils sont authentiques pour moi.

MM&O_HappyFucking inter.indd

Que représente aujourd’hui pour vous cette série ?

Je travaille 16 heures par jour dessus et j’entretiens avec elle une relation d’amour/haine. C’est un travail douloureux car, parfois, je trouve que c’est de la daube et que ça ne mérite pas d’être publié. Quand je relis certaines scènes, je les trouve horribles ou dérangeantes et c’est à peine si je peux encore les lire. Mais c’est aussi une prison dorée. J’ai un calendrier à respecter, à manger et la sécurité. C’est en effet un gros succès, la série est traduite dans pas moins de treize pays, de la Finlande à la Colombie en passant par la Pologne et la France. Mais là où ça cartonne un max, c’est en Russie et ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien !

MM&O_HappyFucking inter.inddQu’est-ce que vos lecteurs y trouvent qu’ils ne trouvent pas ailleurs ?

Difficile à dire. De la poésie peut-être, une émotion rare, me disent-ils. Notamment lorsque mes personnages fixent les étoiles, le regard perdu après s’être shootés toute une soirée. Les lecteurs s’identifient beaucoup à ces individus qui s’ennuient, piégés dans un monde hallucinatoire. Et je dois dire que c’est inquiétant ! Quand je fais ces histoires, c’est avec la plus grande honnêteté et je crois que ça se ressent. Je ne m’interdis rien, je n’ai pas de limites, mais regardez, voyez comme ce monde est déprimant de toute façon.

Avez-vous le temps ou l’envie de dessiner d’autres histoires ?

Je veux faire cette série pour toujours même si, quand j’y pense, cela fait neuf ans que je suis dessus. Je la fais avant tout pour moi sans me soucier de ce que veulent les lecteurs. J’ai l’impression de jouer avec mes petits jouets et de raconter une histoire vraie. Mais j’ai toujours le sentiment aussi de ne pas avoir d’imagination. J’ai pas mal de travaux en stock, plus de 200 dessins. J’y reviens de temps en temps. Je publie sur Vice également d’autres histoires.

Et pourquoi refuser de vendre les droits de votre série aux studios américains ?

Ce sont mes personnages et je veux garder la main sur ce qu’ils sont. C’est aussi l’envie de rester indépendant, ne rien devoir à personne. Vous savez, je suis assez égoïste. Les gens qui veulent la série sont des financiers et je n’ai pas envie de travailler avec eux. J’ai d’ailleurs un ami d’enfance  qui travaille chez Dreamworks aujourd’hui. Vous savez ce qu’il fait ? Il dessine les antennes de Shrek et n’a rien à raconter (rires).

Propos recueillis par M.Ellis

Publiez un commentaire