Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 18, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Unlovable

4 juillet 2018 |
SERIE
Unlovable
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22 €
DATE DE SORTIE
27/04/2018
EAN
2916254617
Achat :

unlovable_photo1Avec ses rondeurs, sa coiffure hirsute, ses dents du bonheur et son maquillage grossier, Tammy n’est pas la fille la plus sexy du lycée. Ni la plus populaire. Faire-valoir de sa meilleure amie Kimberley – un classique –, elle raconte dans son journal intime sa vie d’ado américaine au cœur des années 80. Ordinaire, mollement rythmée par les humiliations subies au quotidien, les insultes, les déboires sentimentaux ou les disputes avec sa famille. Heureusement, il reste quelques figures de référence, de Rocky à Schwarzeneger en passant par Crocodile Dundee. Sans oublier Ken Olsen, beau à en tomber. Mais voilà, les beaux garçons, c’est pour les autres, pas pour l’ingrate Tammy…

unlovable_image1

 

L’auteure et artiste Esther Pearl Watson trouve, en 1995, un journal intime perdu dans les toilettes d’une station-service, écrit en 1988 par une ado de quinze ans. Touchée, elle décide de se l’approprier pour réaliser cinq minicomics autoédités, traduits et réunis dans un coffret de cinq fascicules par les éditions Misma. Chronique adolescente, Unlovable touche par l’enthousiasme naïf de cette ado paumée et mal dans sa peau qui, malgré les épreuves et les cruautés, garde intacte une candeur à toute épreuve. Ridiculisée, moquée, elle poursuit pourtant ses rêves de jeunes fille, bien dérisoires face à sa triste réalité. Le ton est drôle, l’humour noir et grinçant, entre mots crus et autodérision involontaire, quand le dessin, dans un esprit DIY, joue l’expressivité faussement naïve, à grand renfort de ratures, d’encrage maladroit pour un résultat à l’apparence de brouillon. Les scènes se répètent, exprimant une inlassable solitude mais touchent à l’universel car l’attendrissante Tammy, finalement, ressemble à beaucoup d’ados de son âge.

unlovable_image2

Publiez un commentaire