Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 27, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Aldobrando

29 janvier 2020 |
SERIE
Aldobrando
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
23 €
DATE DE SORTIE
15/01/2020
EAN
2203166673
Achat :

Aldobrando est abandonné tout petit par un père noble, condamné à perdre son trône dans l’arène, nommée la Fosse, face à horrible personnage. L’enfant est élevé par un vieillard isolé, qui lui enseigne la sorcellerie. Mais, une fois jeune adulte, Aldobrando est envoyé sur les chemins par son tuteur, pour découvrir, contraint et forcé, le vaste monde. Et en même temps, la violence, les mensonges, et toutes les bassesses des hommes. Mais aussi, peut-être, l’amour.

aldobrando_image1L’association de Gipi, l’âpre et inspiré auteur de La Terre des fils ou Notes pour une histoire de guerre, et de Luigi Critone, prodigieus dessinateur qui explosa sur Je, François Villon, était plus qu’alléchante. Le résultat est largement à la hauteur des attentes. Car on retrouve dans cette histoire, à mi-chemin entre le conte médiéval et le récit picaresque, le talent de Gipi pour composer les caractères de jeunes gens à la fois maladroits et audacieux, qui conjurent leur manque d’éducation par une foi inébranlable dans l’homme, et ce malgré les horreurs auxquelles ils assistent. Reprenant le style « gipiesque » de personnages à la maigreur d’allumettes et aux tronches peu gâtées par la Nature, Luigi Critone parvient à leur donner une douceur et une humanité supplémentaires, et jouant avec malice des caricatures sous son crayon habile et ses aquarelles délicates : sa princesse est volontairement très lisse et trop pure, son roi de mari est une outre à vin de cartoon, et les différents protagonistes se situent entre les deux, du monolithique tortionnaire Gueulevice au géant brutal Semeurdemort. Ensemble, les deux auteurs offrent un roman graphique tour à tour troublant et cocasse, austère et finalement accessible à un large public. Une belle synthèse entre le récit de genre et la fresque intime, avec une forme d’optimisme propre au conte dont ils ne se départissent jamais. Ce qui est assez étonnant de la part de Gipi, mais une plutôt bonne idée au final.

aldobrando_image2

Publiez un commentaire