Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 18, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Angoulême 2022 : l’expo « Christophe Blain, dessiner le temps »

18 mars 2022 |

christophe_blain_1Attention, claque graphique. Le choc qu’on ressent face aux planches originales de Christophe Blain, débordantes d’une énergie rare, impulsant un mouvement virtuose, est ici couplé avec le plaisir d’avoir le sentiment que l’auteur murmure à notre oreille. Cette immersion esthétique, en grande partie chronologique, est accompagnée des commentaires de l’artiste, parfois étonnants, touchants, ou truculents.

Au Vaisseau Moebius à Angoulême, la focale est axée sur le cinéma, mais pas que. Certes, le créateur d’Isaac le pirate ou Gus explique ses inspirations venues du grand écran, cite les acteurs dont il a croqué les visages (Lee J. Cobb, Claudia Cardinale, ), ou cite les trois films qui l’ont le plus marqué — Butch Cassidy et le Kid de George Roy Hill, Le Bonheur d’Agnès Varda et Le Voleur de Louis Malle. Mais il explique aussi, dans les cartels, sa façon de se documenter avant Google (« à la bibliothèque »), comment il s’est inspiré de son amitié avec Joann Sfar pour le récit d’Isaac le pirate, ou comment une comptine suédoise enfantine s’est retrouvée entre ses pages — grâce au mari de Marjane Satrapi.

Il détaille son utilisation ratée d’un « fondu au noir cinématographique » (« on voit que c’est un film que je me raconte, mais je pense qu’en bande dessinée, ça ne passe pas ; l’idée est de montrer le passage du temps, mais c’est une maladresse »), son goût pour « les mecs qui sautent sur le toit d’un train » (sa « cascade préférée »). Dit son admiration pour Guy Pellaert — auquel il rend hommage dans La Fille —, révèle pourquoi son oeuvre est parsemée d’hommes qui vomissent sur un bateau (« parce que c’est ma vie (…), j’ai un mal de mer chronique »).

De Socrate le demi-chien à Blueberry (tous deux réalisés avec Joann Sfar), en passant par Le Réducteur de vitesse, Donjon Potron-Minet, Quai d’Orsay, En cuisine avec Alain Passard ou encore le plus récent Le Monde sans fin avec Jean-Marc Jancovici, l’univers de Christophe Blain est ici creusé de façon passionnante, percutante et sensible.

Photos © BoDoï.

christophe_blain_2 christophe_blain_3 christophe_blain_4 christophe_blain_5 christophe_blain_6 christophe_blain_7 christophe_blain_8 christophe_blain_9 christophe_blain_10 christophe_blain_11 christophe_blain_12 christophe_blain_13 christophe_blain_14 christophe_blain_15 christophe_blain_16 christophe_blain_17 christophe_blain_18 christophe_blain_19 christophe_blain_20 christophe_blain_21 christophe_blain_22 christophe_blain_23 christophe_blain_24 christophe_blain_25 christophe_blain_26 christophe_blain_27 christophe_blain_28

Publiez un commentaire