Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Art Spiegelman, un guide de lecture

23 mai 2011 |

Récompensé pour l’ensemble de son œuvre lors du dernier Festival d’Angoulême, qui lui a attribué son Grand Prix 2011, l’Américain Art Spiegelman est principalement connu pour son œuvre maîtresse autour de la Shoah : Maus, un survivant raconte. spiegelman_breakdowns14Traduit en une trentaine de langues et maintes fois primé, le livre et son succès ont malheureusement tendance à occulter les autres productions du cartoonist, pourtant tout à fait dignes d’intérêt. De ses premières planches underground parues dans les années soixante, à celles chamboulant allègrement les codes et paramètres du médium BD (Breakdowns), de l’album cristallisant les angoisses d’un jour de septembre à quelques enjambées du World Trade Center (À l’ombre des tours mortes), à l’exhumation de ses carnets de croquis (Be a Nose !), quelques éditeurs ont eu la bonne idée de traduire certains de ses ouvrages emblématiques, permettant de mieux cerner les recherches et ambitions du dessinateur new-yorkais. Petit guide de lecture parmi les ouvrages de l’auteur-éditeur disponibles en France.

spiegelman_mausMAUS, UN SURVIVANT RACONTE

Flammarion, intégrale 30 €.

Publiée entre 1981 et 1991 au sein de la mythique revue RAW, co-dirigée par Art Spiegelman et sa femme Françoise Mouly, Maus est la seule bande dessinée à s’être vu décerner le prestigieux Prix Pulitzer, en 1992. Né du témoignage du père de l’auteur, rescapé d’Auschwitz, et accouché durant treize années, l’ouvrage retrace, en près de 300 pages, l’arrivée au pouvoir du régime nazi et l’enfer qui s’ensuivit pour le peuple juif, des premières humiliations à l’extermination organisée. Comme dans les fables (et pour rendre l’horreur plus soutenable), les différents protagonistes y ont l’apparence d’animaux : des souris pour les juifs, des chats pour les Allemands, des cochons pour les Polonais, des grenouilles pour les Français… Le sombre récit de Vladek Spiegelman est entrecoupé de scènes où il s’entretient avec son fils qui, carnet et stylo en main, prend bien garde de n’en pas perdre une miette. C’est que Maus est aussi une histoire de transmission. Le propre d’un monument, en somme.

Vivant depuis sa publication dans l’ombre de son oeuvre majeure, Art Spiegelman évoquera la genèse de Maus et sa relation avec cette histoire dans Meta Maus, un livre dense accompagné d’un DVD d’entretiens, qui devrait paraître en octobre prochain, aux États-Unis chez Pantheon Books. Son éditeur français n’a pas encore communiqué sur une probable traduction.

Achetez Maus sur Fnac.com
Achetez Maus sur Amazon.fr

spiegelman_little_litLITTLE LIT : DRÔLES D’HISTOIRES POUR DRÔLES D’ENFANTS

Seuil jeunesse.

Ce bel album est le deuxième volume de la collection Little Lit, une initiative menée par Art Spiegelman et sa femme, destinée à promouvoir Outre-Atlantique la lecture de bandes dessinées de qualité dès le plus jeune âge. Publiée en 2001 chez RAW Junior (sous le nom de Strange Stories For Strange Kids), reprise quelques années plus tard au Seuil Jeunesse, cette anthologie présente les travaux inédits d’une quinzaine de grands noms de la BD et de l’illustration. Charles Burns en signe la couverture, Spiegelman y narre sur quatre pages les déboires d’un gamin de dix ans, exposé à une multitude d’alter ego, Maurice Sendak imagine les mésaventures d’un enfant trop gourmand, Loustal, le trouble d’un personnage dépourvu de reflet, apercevant soudain son double dans la rue… D’autres dessinateurs comme François Roca ou Richard McGuire y proposent quant à eux des jeux d’observation. Onirique et atypique, cet ouvrage de grand format à l’impression irréprochable est une jolie réussite !

Achetez Little Lit sur Amazon.fr

spiegelman_toursÀ L’OMBRE DES TOURS MORTES

Casterman, 28,50 €.

Cet imposant album est la réponse toute personnelle de Spiegelman au traumatisme du 11 septembre. Les deux tours noires qui se détachent avec peine d’un fond anthracite sont les mêmes que celles qui figuraient sur la couverture du New Yorker paru quelques jours après les événements. Dans une vignette, ajoutée pour l’occasion, un bouc portant barbe et turban envoie valser d’un coup de sabots bien placé une ribambelle de personnages de BD américains. L’auteur, qui avoue n’avoir pu retrouver la sérénité qu’en se replongeant dans les bandes dessinées d’autrefois, « vestiges éphémères, à la fois fondamentaux et sans prétention, de l’aube optimiste du XXe siècle », incorpore ici des extraits des Katzenjammer Kids (en France Pim-Pam-Poum), fait là référence aux Upside-Downs de Gustave Verbeck, sans que le lecteur sache toujours à quoi cela le mène… Au final, en dépit du propos politique de l’ouvrage et d’un intéressant travail de mise en page, on reste un peu sur sa faim, avec l’impression que Spiegelman lui-même manquait de matière, ou plutôt de directions à suivre, pris au piège entre les images de ces tours s’effondrant sans cesse…

Achetez À l’ombre des tours mortes sur Fnac.com
Achetez À l’ombre des tours mortes sur Amazon.fr

spiegelman_breakdownsBREAKDOWNS, PORTRAIT DE L’ARTISTE EN JEUNE %@&* !

Casterman, 25 €.

S’il y avait un unique album de Spiegelman à mériter de rejoindre Maus sur les étagères de sa bibliothèque, ce pourrait être celui-ci. Réédition de planches conçues entre 1972 et 1977, augmentée d’une vingtaine de pages retraçant ses débuts de cartoonist et d’une postface présentant quelques travaux antérieurs, il offre un éclairage inédit sur l’œuvre et la vie du dessinateur, et permet de prendre pleinement conscience de ses ambitions de créateur. Dans Breakdowns, ses traumas et fantasmes se condensent sous la forme de courts récits, parmi lesquels une version de trois pages de ce qui allait devenir Maus, et Prisonnier de la planète Enfer, où il raconte le suicide de sa mère et son passage en hôpital psychiatrique. De simple support de narration, la bande dessinée évolue bientôt en un ensemble complexe de signes, dont le jeune Spiegelman peut modifier à loisir les paramètres. En témoignent les allers-retours temporels de Little Signs Of Passion et Day at the Circuits, une invasion de cafards sur une page de journal intime, ou encore l’effet « écran de télé » de l’une des historiettes. L’auteur reviendra par la suite à des formes plus classiques de narration, mais sa pratique et lui-même auront considérablement mûri par le biais de ces expérimentations.

Achetez Breakdowns sur Fnac.com
Achetez Breakdowns sur Amazon.fr

spiegelman_be_a_noseBE A NOSE ! LES CARNETS SECRETS DE ART SPIEGELMAN

Casterman, 45 €.

Destinés avant tout aux fans invétérés, ces fac-similés (étonnamment fidèles aux originaux) de trois carnets de croquis datant de 1979, 1983 et 2007, permettent de se faire une idée assez précise de l’état d’ébullition de la cervelle leur auteur. On y suit page après page l’évolution de son graphisme affolé, on y croise les premières matérialisations des idées qu’il allait  développer ailleurs, on y devine aisément ses obsessionnelles angoisses d’homme et de créateur. Ces carnets sont accompagnés de deux fascicules, qui présentent les traductions des textes et aphorismes de Spiegelman, et fournissent leur lot d’informations sur ce projet éditorial inattendu. Celui-ci doit son titre (« Deviens nez ! ») à Un Baquet de sang, film de 1959 (visionnable ici en anglais) du réalisateur et producteur Roger Corman, bien connu des amateurs de séries B. Spiegelman explique : « C’est l’histoire d’un garçon de café un peu crétin qui travaille dans un bar de beatniks et qui rêve de devenir artiste pour avoir lui aussi du succès avec les filles. […] Il décide de se mettre à la sculpture : le voilà triturant vainement un morceau d’argile tout en marmonnant : « Deviens nez ! Deviens nez !!! » Je n’ai jamais vu plus juste représentation de ma propre activité créatrice que cette scène… »

Achetez Be a nose ! sur Fnac.com
Achetez Be a nose ! sur Amazon.fr

spiegelman_jackJACK ET LA BOÎTE

Casterman, 13 €.

Jack et la boîte est le premier « Toon Book » de la collection imaginée par Françoise Mouly et destinée aux plus jeunes lecteurs, à avoir été traduit chez Casterman. L’éditeur, en proposant le titre en version bilingue, en a fait un intéressant objet livresque : en français d’un côté, en anglais de l’autre. L’histoire qu’imagine et dessine Spiegelman est celle de Jack, un jeune lapin à qui les parents viennent d’offrir un « drôle de jouet » : un diablotin monté sur ressorts et doué de parole. Zack (car c’est son nom) n’est pas du genre à rester en place, et manie l’absurde avec un talent déconcertant. Mais c’est véritablement quand son ami Mack libère dans l’appartement un canard apprivoisé, bientôt rejoint de ses canetons de rejetons, que la pagaille s’installe… Ce dernier ouvrage démontre, si besoin était, qu’Art Spiegelman sait être à son aise dans des registres drastiquement opposés. Entre toutes ses activités, espérons qu’il trouvera un jour le temps de se consacrer à un nouveau projet de l’envergure de Maus…

Achetez Jack et la boîte sur Fnac.com
Achetez Jack et la boîte sur Amazon.fr

Pierre Gris

Publiez un commentaire