Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 29, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Bitter Root #2

21 avril 2021 |
SERIE
Bitter Root
ALBUM
Rage et rédemption - 2
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
17.90 €
DATE DE SORTIE
24/03/2021
EAN
237887295X
Achat :

bitter-root2_imageLes Sangerye, clan d’exterminateurs de monstres implanté dans un Harlem 1920 steampunk, sont de retour et, cette fois, ils doivent faire face à un nouveau type de créatures. On avait découvert les Jinoos, monstres enfantés par la haine et l’intolérance, des Blancs devenus difformes et agressifs. On découvre les Inzondos, dont les hôtes sont cette fois des Noirs et dont la racine se situe du côté de la souffrance endurée au gré de l’esclavage et des lynchages.

Angle une nouvelle fois terriblement percutant pour prolonger le projet de Bitter Root, série d’action/horreur lancée dans une chasse littérale aux démons de la ségrégation et des violences racistes, qui continuent de hanter profondément l’Amérique. Pour autant, rattrapés peut-être par le rythme de parution effréné, les auteurs s’éparpillent davantage et le propos perd en lisibilité. Ce second tome s’ouvre sur un recueil d’historiettes de quelques pages dessinées par des guests, qui multiplient les points de vue, les époques et les lieux. C’est un peu laborieux et beaucoup moins évident graphiquement que sous les traits du co-créateur de la série Sanford Greene. Ce prologue donne malheureusement le ton du reste de l’ouvrage.

Même revenu aux manettes, Greene peine à contenir la narration trop chaotique de Chuck Brown et David F. Walker. Les deux scénaristes ne retrouvent jamais la spontanéité et la fluidité organique qui faisaient la force du tome 1. Rien de grave néanmoins, le titre continue de s’appuyer sur une thématique et des personnages très solides. Exactement comme la série TV HBO Lovecraft Country avec laquelle elle partage foultitude de points communs et d’ambitions, Bitter Root alterne temps forts et temps faibles mais demeure ce divertissement ultra-pertinent et diablement fun qui lui a valu, à ses débuts, un Eisner Award bien mérité.

Publiez un commentaire