Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 21, 2019

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Blutch en majesté à Strasbourg

21 mars 2019 |

rencontres-illustration-strasbourg-blutchLa 4e édition des Rencontres de l’illustration de Strasbourg, du 21 au 31 mars, offre une large place à l’un des plus fameux auteurs du cru, Blutch, qui investit de nombreux lieux de la ville pour dévoiler son travail.

Organisées par la ville en partenariat notamment avec le festival indépendant Central Vapeur (qui se tient opportunément au même moment), les Rencontres de l’illustration de Strasbourg prennent chaque année plus d’ampleur. Et donne, pour cette édition 2019, une large place à la bande dessinée, en plaçant Blutch au coeur de sa programmation. Né à Strasbourg, Blutch a suivi un cursus aux Arts décos de la ville, et y revient aujourd’hui pour présenter pas moins de 5 expositions importantes. La première, intitulée « Art mineur de fonds » et présentée jusqu’en juin au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, confronte des dessins Blutch avec des oeuvres choisies par ce dernier dans les collections de la ville. Des planches de Lune l’Envers, La Beauté, Vitesse Moderne ou Peplum dialogueront avec des dessins et peintures de Dürer, Renoir, Gustave Doré ou Tomi Ungerer (l’auteur, récemment disparu et qui a un musée à son nom dans la ville, sera honoré par ailleurs).

La deuxième exposition sera consacrée à son album Pour en finir avec le cinéma (à l’Aubette 1928) et la troisième au travail d’illustration de Blutch, pour la presse, des affiches ou des livres pour enfants (au Musée Tomi Ungerer – Centre national de l’illustration). La quatrième exposition – « Hors-la-loi », à la médiathèque André Malraux – a été conçue par Formula Bula et mettra en scène l’amour de la bande dessinée de Blutch, à travers son Petit Christian ou sa version de Tif et Tondu à paraître chez Dupuis cette année.

blutch-autre-paysage-couvLa dernière expo, pas la moins alléchante, est inscrite au programme du festival Central Vapeur : ces « Dialogues de dessins » rassemblent dix dessins de Blutch et dix de Anne-Margot Ramstein (Otto) « comme une correspondance picturale onirique où leurs obsessions, le cours de leur vie peut prendre la forme d’amours très chiennes ».

On notera que Central Vapeur et les éditions 2024 (sises à Strasbourg) éditeront un catalogue de cette dernière exposition. Et que Dargaud vient de publier ce qui fait office de catalogue général aux expos strasbourgeoises de Blutch : Blutch – Un autre paysage. Un superbe ouvrage présentant des peintures et dessins de l’auteur, illustrations, recherches, affiches, couvertures de BD, autour de la figure de la femme ou de l’enfant, des variations sur des motifs de peintures célèbres, autour de la musique ou de la littérature…

Autant d’images, oniriques, douces ou violentes, léchées ou jetées, souvent troublantes, qui posent, s’il en était encore besoin, Blutch comme un des plus grands dessinateurs de sa génération.

blutch-autre-paysage-image

Mais attention, il n’y a pas que Blutch lors de ces Rencontres de l’illustration ! On relèvera notamment l’installation « À la poursuite du machin magique », par laquelle Anouk Ricard et Etienne Chaize font visiter le Musée historique de Strasbourg d’une nouvelle manière, en présentant leur excellente Boule de feu dans les vitrines et les salles du musée – comme Tom Gauld l’avait fait l’an dernier. Autre artiste mis en lumière par les éditions 2024, Gustave Doré (dont la réédition des Travaux d’Hercule a décroché le Fauve Patrimoine à Angoulême cette année) sera honoré par une présentation des exemplaires originaux de deux de ses livres, pionniers de la bande dessinée.

Autres propositions attirantes : l’expo « Noire lumière », autour du contraste fort entre noir et blanc, du papier découpé jusqu’à l’animation, avec des images de Stéphane Blanquet ou Hippolyte notamment ; ou l’expo « Et si… », consacrée au travail de Cyril Bonin (Presque maintenant, Amorastasia, Fog…).

La bonne nouvelle est que de nombreuses expos se poursuivent jusqu’à fin avril, fin mai, voire juin. Et que le festival Central Vapeur, qui se tient au même moment, offre une bonne dose de recherche et d’expérimentations, en complément des grandes expos organisées par la ville.

Toutes les infos sur le site des Rencontres de l’illustration et du Festival Central Vapeur.

Publiez un commentaire