Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 8, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Cyclone

13 février 2019 |
SERIE
Cyclone
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22.50 €
DATE DE SORTIE
07/02/2019
EAN
2377312012
Achat :

Margot, Yseult, Tib’ et Dom vivent sur une île isolée. C’est le jour de la rentrée des classes en terminale. La nouveauté, c’est l’arrivée d’un nouvel élève, Ali, féru de musique et plutôt en froid avec son père. Margot, elle, apprivoise son corps et se découvre dans ses relations aux hommes, elle dont le père est mort voilà cinq ans. C’est d’Ali dont elle se sent le plus proche avant qu’elle n’entame une relation par mail avec son prof de philo, Grégory Maréchal, par ailleurs écrivain raté…

cyclone_image1 Cyclone, signé Marion Mousse au dessin (La Révolte des terres, Brune platine, L’Écume des jours…) et Clément Baloup au scénario (Mémoires de Viet Kieu, La Concubine rouge, Diables sucrés…), décrit une tourmente adolescente, ce moment de basculement où l’enfance s’efface, et l’innocence avec elle, pour laisser place aux relations d’adulte. À travers un triangle amoureux entre Margot, Ali et le prof, l’album évoque les premiers émois adolescents, l’irruption du désir et des sentiments à fleur de peau, dans un tourbillon de sensations. La découverte des corps et de leur volupté aussi, dans une ambiance inquiétante nourrie par l’imminence d’une tempête, physique et météorologique. Si tout charme d’abord, la proposition du scénario et le graphisme, rond et plein de couleurs chatoyantes, suscitant pas mal d’attentes, c’est en fait la déception qui s’impose. Car l’intrigue se révèle sans surprise. Avec l’impression d’avoir lu cette histoire des centaines de fois, comme une redite du film Noce Blanche en BD. Les rebondissements font pschitt car téléphonés et les intentions narratives, hélas surlignées, manquent d’originalité (analogie entre l’ouragan à venir et la crise du triangle amoureux). Naïvement, on aurait pu s’attendre à un virage fantastique mais la surprise ne vient jamais. C’est dommage car tout, dans la forme visuelle, invite à l’enchantement. Certaines pleines pages sont splendides (le visage de Margot dans l’eau, les scènes d’immersion en général) et le découpage ou les cadrages sont réussis. Mais la beauté du dessin ne suffit pas ici pour faire une vraie bonne histoire et les personnages, intéressants d’abord, finissent par manquer d’éclat. Et c’est logiquement la frustration qui l’emporte.

cyclone_image2

Publiez un commentaire