Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 15, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Voyage de Marcel Grob

26 novembre 2018 |
SERIE
Le Voyage de Marcel Grob
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
11/10/2018
EAN
2754822488
Achat :

En 2009, Marcel Grob est un citoyen français respecté dans la petite ville de Belfort, en Franche-Comté. Aussi, quand il est convoqué par un juge qui l’accuse, documents à l’appui, d’avoir participé au massacre de Marzabotto (en Italie du nord) aux cotés de la Waffen SS, il fait d’abord mine d’être scandalisé. Mais devant les preuves, il révèle la vérité. Jeune Alsacien de 17 ans, il a bien été engagé en 1944, mais de force, comme 10 000 de ses camarades.

le_voyage_de_marcel_grob_imageLa principale qualité du scénario du journaliste et producteur de radio Philippe Collin est de nous faire découvrir le parcours de ces jeunes Français bilingues à l’identité complexe, parfois partagés entre leurs racines germaniques et françaises, et qui se retrouvent souvent bien malgré eux mêlés aux atrocités commises durant la retraite des nazis. Hélas, l’écriture n’est pas au point. Nombre de dialogues sont expédiés et artificiels, et les personnages sont comme désincarnés, en plus d’être archétypaux. De plus, le traitement d’un des thèmes principaux, la violence de guerre, ne prend pas aux tripes. Dans l’ensemble, qu’il s’agisse des interactions entre les personnages ou d’une intrigue qui n’est pas palpitante (sans parler d’une chute abrupte), on a plutôt l’impression de se repasser une batterie de clichés déjà vus cent fois.

C’est bien dommage, tant le dessin et le découpage sont réussis. Sébastien Goethals (Le Temps des Sauvages, Zodiaque, Dans mes Veines) utilise une technique évoquant la peinture, avec des arrières-plans flous dont l’effet est intéressant. De plus, il installe une ambiance contemplative qui fonctionne très bien, même si cela ajoute des longueurs dans une narration déjà pas passionnante.

Le Voyage de Marcel Grob se révèle donc être un énième volume sur la Seconde Guerre mondiale, certes fidèle, mais dont on ne peut pas dire qu’il apporte quoi que ce soit de supplémentaire à l’immense littérature déjà existante. Autant (re)lire, pour qui serait intéressé par ce thème, le brillant roman Les Bienveillants de Jonathan Litell (qui figure d’ailleurs dans la bibliographie en fin d’ouvrage), ou encore l’excellente trilogie (en BD) de Brüno et Apollo, Commando Colonial.

Publiez un commentaire