Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Maïa Mazaurette ou la sexualité décontractée

22 janvier 2009 |

kamasutra_intro.jpg« Le meilleur service que vous pourriez rendre au Kamasutra (après l’avoir lu) serait de vous en débarrasser ou de vous en servir pour caler la machine à laver sur laquelle vous allez faire l’amour. » Tout de suite, le ton est donné. Il ne s’agit pas ici de tresser des lauriers à un guide vieux de 1500 ans, bien au contraire. Lasse de voir mythifier un ouvrage qui «décrit soixante-quatre positions alors que la plupart d’entre nous en utilisent trois», Maïa Mazaurette s’est alliée au dessinateur Arthur de Pins, dont elle scénarise les derniers Péchés mignons. Ensemble, ils livrent un Anti-Kamasutra s’adressant aux gens « pas parfaits, mal épilés, éventuellement ivres ». L’occasion pour la blogueuse et romancière Maïa Mazaurette, 30 ans, de détailler sa vision de la sexualité, qu’elle veut «tendre et marrante», loin de tout stress.

Pour vous, le Kamasutra est un ouvrage « folklorique »…
C’est un objet culte, mais inutile : tout le monde en connaît les positions, mais personne ne s’en sert. Le texte est très vieux, et surtout plus du tout adapté à notre vie, qui a évolué. Aujourd’hui, on l’offre à des copains pour leur faire une blague… J’ai donc voulu mettre les pendules à l’heure, démythifier la sexualité en évitant les poncifs du genre.

Quel plaisir en avez-vous retiré ?
Taper sur ce mythe fut jouissif ! Mais ce fut surtout un prétexte pour prendre de la distance par rapport à notre façon de faire l’amour. Aujourd’hui, les spécialistes de tous bords se contredisent allègrement lorsqu’ils parlent de sexualité. Les scientifiques estiment qu’un rapport sexuel moyen dure entre trois et treize minutes, les magazines féminins parlent de préliminaires longs de trois quarts d’heure, tandis que les artistes évoquent dans leurs chansons des nuits d’amour entières !kamasutra_panne.jpg

D’où est venue l’idée de ce livre ?
D’Anaïs Vanel, directrice de collection Fluide Glamour. Elle voulait voir ce qu’une collaboration hors BD pure entre Arthur de Pins et moi pouvait donner, de préférence autour d’un bouquin fun et sexy. Le Kamasutra fut un des sujets potentiels, mais je n’en voulais pas : il y a déjà tellement eu de variations sur ce thème, dont le ChamaSutra illustré par Pénélope Bagieu. Nous avons finalement décidé d’en prendre le contre-pied.

Comment vous êtes-vous retrouvée spécialiste ès sexualité ?
À la base, je suis journaliste. J’ai été reporter d’images pour France 3, où je m’ennuyais ferme. En 2002, j’ai ouvert un blog – à l’époque, j’appelais plutôt ça un « journal intime en ligne ». Chez moi, la sexualité n’a jamais été taboue : mes parents avaient une bibliothèque érotique nourrie, et le sexe faisait partie des choses dont nous discutions naturellement. Au fil des années, je me suis rendue compte que beaucoup de gens n’osaient pas en parler. Cela m’a poussée à creuser le sujet. Mon blog est devenu moins personnel, je m’y mets aujourd’hui moins en avant.

Comment avez-vous rencontré Arthur de Pins ?
Je l’ai interrogé pour le site Internet de La Fraise, un « éditeur » de T-shirts pour lequel je travaillais. Beaucoup de mes copains étaient fans de ses dessins, mais je croyais que c’était un auteur assez vieux, puisqu’il bossait pour Fluide Glacial… Arthur a bien aimé mon interview, m’a « googlée » et a lu mon blog. Il m’a ensuite proposé de lui écrire des scénarios pour Péchés mignons, parce qu’il séchait sur le troisième tome

kamasutra_magazine.jpg

Êtes-vous bédéphile ?
Non, pas particulièrement. Mon père, dessinateur dans la mode, était amateur de bulles. Adolescente, j’adorais les comics et les mangas, mais ce n’était pas une passion dévorante.

D’autres projets en BD ?
L’épisode suivant de Péchés mignons, et le scénario d’une histoire courte pour Jean-Paul Krassinsky, dans le cadre d’un recueil – le deuxième tome des Fables de la Poubelle – qu’il prépare pour Dargaud.

Propos recueillis par Laurence Le Saux

_____________________________________________________

kamasutra_couv.jpgL’Anti-Kamasutra
Par Arthur De Pins et Maïa Mazaurette
Fluide Glacial, 12 €, le 21 janvier 2009.
Achetez L’Anti Kamasutra sur Amazon.fr

_____________________________________________________

Commentaires

  1. François Pincemi

    J’ai vu Maïa à une séance de dédicaces avec monsieur de Pins, c’est une charmante jeune femme, souriante et jolie. Pourquoi n’avez-vous pas publié sa photo? Cordialement

  2. François Pincemi

    J’ai vu Maïa à une séance de dédicaces avec monsieur de Pins, c’est une charmante jeune femme, souriante et jolie. Pourquoi n’avez-vous pas publié sa photo? Cordialement

  3. sexykiss

    t’as raison c’est bon que pour les obsédés qui ne savent plus comment faire pour changer

  4. sexykiss

    t’as raison c’est bon que pour les obsédés qui ne savent plus comment faire pour changer

  5. Olga

    On atteint là des sommets de vulgarité. On voudrait faire dans le décomplexé, mais on enfonce les gens dans leur médiocrité.

  6. Olga

    On atteint là des sommets de vulgarité. On voudrait faire dans le décomplexé, mais on enfonce les gens dans leur médiocrité.

Publiez un commentaire