Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 29, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Olympia Kyklos #1-2

9 juillet 2021 |
SERIE
Olympia Kyklos
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
8.45 €
DATE DE SORTIE
17/03/2021
EAN
220320298X
Achat :

Olympia KyklosDémétrios ne se sent pas à sa place. Ce jeune peintre sur amphore de la Grèce antique est doté d’un talent inné pour le sport, mais déteste toute compétition. Il préfère s’amuser, au risque de délaisser le dessin. Alors que le jeune homme n’aspire qu’à une vie discrète et à se marier avec Appolonia, il est désigné pour représenter sa ville lors d’un défi sportif qui oppose différents villages. En pleine détresse, il se cache dans un vase géant, et se fait foudroyer aussitôt. À son réveil, le Grec se retrouve à Tokyo en 1964, années des Jeux olympiques nippons.

Après Pline (avec Tori Miki), c’est le retour de Mari Yamazaki dans un style qu’elle maîtrise : la comédie sur fond de saut spatio-temporel. Différence majeure cependant, l’autrice du manga à succès Thermae Romae (plus de 12 millions de livres vendus et des adaptations en série et en film, dont une prochainement sur Netflix) abandonne l’univers des bains pour celui du sport. Dans Olympia Kyklos, la mangaka passionnée par l’Antiquité fait voyager son (anti)héros d’un petit village de la Grèce du IVe siècle avant J.C. au Tokyo des années 60 : le héros déboussolé découvre alors cette société futuriste, sa langue et ses coutumes étranges.

Pourquoi leurs compétitions sportives se pratiquent-elles habillés, alors que les athlètes grecs s’affrontent nus ? Pourquoi la bonne humeur règne-t-elle dans ce village quand, chez lui, on joue sa réputation voire sa vie lors de ces jeux ? Démétrios subit chacun de ses voyages, mais en revient toujours plus riche, intellectuellement et humainement.

Mari Yamazaki utilise la recette qui avait fait la réussite de Thermae Romae, mais sans l’effet de surprise cette fois-ci : une ambiance burlesque et bon enfant, des gags cocasses – les Japonais qui découvrent un athlète courant dans le plus simple appareil, par exemple –, des petites leçons d’histoire, un trait méticuleux bien qu’un peu rigide… Une bonne série qui tombe à point nommé, à la veille des Jeux olympiques de Tokyo.

Olympia Kyklos

Publiez un commentaire