Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Deux vies **

15 septembre 2008 |

bien.jpgCouv-eberoni-ok.jpgPar Didier Eberoni et Tiburce Oger.
Daniel Maghen, 15 €, le xx septembre.

Dans un XXIe siècle bien entamé, le pétrole a disparu, l’atmosphère est difficilement respirable et un ordre moral fasciste et violent règne en France. Les gagnants de cette situation si proche de la nôtre ? Les grands patrons bien sûr ! Sauf quand le rejeton de l’un d’entre eux décide de décimer ces apôtres du fric… Devant cette impossible histoire d’amour à trois – entre un fils à papa, un journaliste mourant et une chanteuse de jazz -, Tiburce Oger fait figure de grand romantique. Son scénario, très premier degré, est prévisible mais efficace. Il est surtout parfaitement taillé pour Didier Eberoni, de retour après quatre ans d’absence (Sexual Killer remonte à 2004). Avec un trait précis et des couleurs vaporeuses, le dessinateur se plaît à brosser de belles filles nues et des voitures de sport. Deux vies, une BD macho ? Pas sûr, tant le propos, parfois naïf, paraît sincère. Et parce que rien ne vaut une bande dessinée, enrichie d’un classieux carnet de croquis, pour clamer son amour des femmes.

Benjamin Roure

deux_vies_01.jpg

Publiez un commentaire