Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Les + du blog BoDoï : BILAL

28 avril 2006 |

bilal

«Dubaï, le paradis de Warhole »

Vous revenez de Dubaï. Impressionné ?
Plus que ça. Les gens imaginent un pays ringard, où l’on ne peut même pas boire un verre de vin. C’est complètement faux. En arrivant, j’ai cru me trouver à Manhattan lors de la construction de New York. Pendant une promenade sur une plage, j’ai compté, en me retournant, plus de cinquante gratte-ciels en construction. Pas des immeubles de vingt étages ! Des immenses aux audaces architecturales démentielles. À part le pétrole, la seule richesse de Dubaï est le sable. On le transporte en camions jusqu’à la mer où des bateaux vont le déposer au large pour former des îles artificielles. L’une a la forme d’un palmier, l’autre d’un planisphère, certaines représentent les continents. Gigantesques, elles accueilleront des milliers de propriétés et des centaines d’hôtels de luxe.


Dubaï est un pays d’un million cinq cent mille habitants dont 80 % d’étrangers, en général Pakistanais, qui, pour deux dollars par jour travaillent à ces îles nouvelles. C’est de l’esclavagisme moderne. Le but : assurer l’avenir du pays. Lorsque les ressources du pétrole seront taries, le tourisme devra avoir pris le relais. Je crois savoir qu’un certain nombre de joueurs du Real Madrid ont déjà acheté leur bout d’île.
En débarquant, on est surpris par l’hyper-activité qui y règne. On entend parler russe, roumain. Il y a énormément de gens des pays de l’Est dont une majorité de Russes. On trouve des magasins de fourrures dans le désert, des pistes de ski couvertes à moins deux degrés alors qu’il fait 40, 50 degrés dehors. C’est surréaliste. Les femmes, voilées, achètent des sous-vêtements hors de prix dans des magasins de luxe. Les musulmans ne boivent pas mais on trouve du vin dans tous les hôtels. Les prostituées travaillent en paix. Dubaï est un univers clinquant, doré, démentiel, totalement factice, hypocrite, juste en face de l’Iran des ayatollahs intégristes. À voir tant de gens, tant de moyens démentiels concentrés en si peu d’espace, j’ai pensé irrésistiblement à Holeraw. Dans cette démesure, le clone de Warhole serait comme un poisson dans l’eau.

Propos recueillis par Jean-Pierre Fuéri
Autre dossier
Tout le dossier en PDF
Tags

Commentaires

Publiez un commentaire