Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 16, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Petit Frère

4 août 2022 |
SERIE
Le Petit Frère
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
28 €
DATE DE SORTIE
11/05/2022
EAN
2203228644
Achat :

Jean-Louis Tripp avait 18 ans quand son petit frère, Gilles, 11 ans, est mort. En famille, avec la maman et le cadet Dominique notamment, ils démarraient des vacances itinérantes en roulottes en Bretagne. Excité comme une puce, le petit Gilles faisait rire tout son monde, quand il a décidé de quitter Jean-Louis et les rênes des chevaux pour aller voir sa mère sur son vélo à l’arrière de l’attelage. C’est là qu’une voiture est arrivée comme une balle à contresens. A fauché l’enfant. Et ne s’est pas arrêtée. 45 ans plus tard, Jean-Louis Tripp retrace cette journée fatidique et celles qui ont suivi, les traumatismes, le procès, les obsessions, les cauchemars, l’oubli… Le deuil.

le-petit-frere_image1 Après avoir plongé avec Extases dans les tréfonds de sa vie sexuelle, avec une sincérité et un enthousiasme sans fard, Jean-Louis Tripp se livre à une introspection autrement plus délicate, celle du deuil de son petit frère. Il retrace pas à pas les événements de ce jour noir, la main de Gilles qu’il ne retient pas, le bruit du choc, la mare de sang sur le bitume, les mots d’une rare violence du personnel de santé, le ballet des condoléances, le vide qui s’en suit. Et les réactions différentes de chaque membre de sa famille. Il narre aussi la manière dont il a travaillé, sa méthodologie rigoureuse. Et bien sûr, comment la perte de ce si jeune frangin a bouleversé tout son être sans forcément qu’il en ait conscience. Difficile de ne pas être bouleversé par ces longues séquences muettes ou narrées en voix off qui s’enchaînent entre l’accident et l’enterrement, au gré de gros plans de visages déformés par l’incompréhension et la douleur. Difficile de ne pas se projeter, de ne pas convoquer ses propres larmes au décès d’un proche ou ses propres angoisses quant à la santé de ses enfants.

Au-delà de ces passages terriblement poignants, l’auteur impressionne par l’équilibre conservé entre témoignage émouvant et analyse distanciée des conséquences, sur lui ou ses proches. De son crayon épais, vibrant de vie et d’empathie, dans une mise en scène d’une rare fluidité, il fait parler sa mère, son frère, sa petite soeur, se livre sobrement et sans détour, et réussit un bel exercice autobiographique, et certainement cathartique, autour d’un drame qui a chamboulé le destin de toute sa famille.

le-petit-frere_image2

Publiez un commentaire