Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

LES + du blog : « GOTHMAN CENTRAL »

8 juin 2006 |

BATMAN SERVICE MINIMA
Quand le maire et, dans la foulée, le recteur d’Académie sont abattus par un sniper, que finit par faire un flic de Gotham ? Il allume le signal Batman installé sur le toit du commissariat. Bingo, c’est justement ce qu’attend le tueur, bien calé, crosse à l’épaule, dans l’immeuble en face…
Gotham Central est une série dans la lignée du sombre Daredevil de Bendis et Maleev, et d’Alias, histoire noire et réaliste (mais oui) montrant la reconversion d’une super héroïne en détective privée alcoolique et nympho sur les bords (deux titres Panini). Dans Gotham Central, le commissaire Gordon a laissé la place, et ses successeurs ne veulent surtout pas entendre parler du Batman. Leurs hommes,

eux non plus, ne portent pas le super vigile dans leur cœur. Après tout, lorsqu’ils se résignent à faire appel à lui, c’est à chaque fois parce qu’ils sont tenus en échec par un vilain plus fort qu’eux. Comme dans cette affaire de sniper.
On ne trouve pas dans Gotham Central de superbes envolées de super héros, mais des flics qui bossent, s’engueulent et tombent sous les balles. Le côté grand cirque habituel des comics fait place à de longues scènes dans des locaux anxiogènes. Batman n’apparaît qu’occasionnellement et furtivement, laissant ici le premier rôle à un Joker remarquablement efficace qui mène doucement tout le monde par le bout du nez vers une Saint-Barthélemy des enfants de la ville.
Les amateurs de Gotham Central ont plus de chance, pour l’instant, que ceux d’Identité secrète, la série d’Immonen et Busiek dont on attend la suite (le scénariste Serge Le Tendre, grand amateur du genre, s’en impatientait dans BoDoï 97). On sait maintenant qu’elle paraîtra en août. Ces deux séries, commencées chez Semic, se retrouvent aujourd’hui dans le giron de Panini. Curieusement, l’éditeur recommence la numérotation de Gotham Central au #1, tout en rappelant que deux premiers volumes sont parus chez un « précédent éditeur » (Semic, toujours dispos). C’est un choix. Mais alors, pourquoi annoncer, sur le rabat de quatrième de couverture, la sortie de Secret identity tome 2, reprenant la numérotation de Semic ? Tout ça n’est pas très logique. Mais enfin, comme on dit, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse…
Gotham central #1 : Pris pour cible, par Michael Lark, Ed Brubaker et Greg Rucka, Panini Comics, 10 euros.

(© Panini 2006)

Publiez un commentaire