Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du blog « JULES : LA QUESTION DU PERE »

22 juin 2006 |

Une Épatante Aventure de Jules #5 : La Question du père d’Émile Bravo. © Dargaud.
BRAVO, DES DEUX MAINS !

Être amoureux, c’est bien. De là à livrer son petit corps à l’Inquisition dans l’espoir que leur supplice d’étirement à la Ravaillac (sans les chevaux) vous fera gagner les quelques centimètres qui vous manquent pour bécoter votre copine sans monter sur une échelle, il y a un pas. Un pas que franchit Jules. Hélas, c’est pour s’apercevoir très vite que son supplice n’a servi à rien : un sale mec embrasse déjà sa copine ! C’est d’autant plus rageant que le sale mec c’est Jules, avec un peu plus de poil aux pattes. Que va faire Jules face à ce Jules plus âgé ? Impossible de vous le raconter puisque c’est à ce moment que Jules se réveille dans son lit douillet…
Le lecteur qui découvre la série jubile. Enfin du sang neuf ! Parce que, honnêtement, les séries racontant le quotidien de M. tout le monde, le lecteur en a les dents du fond qui baignent. Plus commun que les héros du moment, y a pas. On voudrait pas médire, mais prenez le dernier Moynot,
L’Année dernière chez Delcourt. C’est beau, d’accord, mais cette histoire de jeune père de famille qui s’emmerde en vacances entre sa nana, ses gosses et sa copine qu’il va voir en loucedé, côté dépaysement, ça vole quand même raz le parking de supermarché. Avec Jules, on se dit, enfin du neuf, de l’inédit, du qui sent son agité du bocal de bon aloi. Du pas routinier. Et Émile Bravo, les idées aussi claires que sa ligne, de transformer l’essai. Devant la bêtise du papa – celui de Kid Paddle à côté, c’est Shakespeare -, Jules ne peut croire que les chromosomes du monsieur lui coulent dans les veines. Jules doute. Et les tests génétiques n’étant pas faits pour les chiens, on va voir ce qu’on va voir.
C’est à ce moment, crucial, que Bravo se sent des envies de chemin de traverse. Et c’est parti pour un joli détour dans le monde passionnant de la religion. Écoles privées qui ne crachent pas sur les deniers – 30 est un minimum pour éveiller leur attention -, jeune prêtre allumé total et marin d’eau bénite, rappel de quelques évidences (« les religions sont des sectes qui ont réussi », c’est bateau mais on ne s’en lasse pas), leçon de génétique toujours salutaire (« Que donne le mariage de petits pois verts avec des petits pois jaunes ? »), on applaudit l’art avec lequel Bravo manie l’humour et contribue à l’éducation de nos chères têtes blondes (même quand elles surplombent un corps du plus beau chocolat). Bref, ne manqueraient plus pour que le cirque soit total qu’une soucoupe volante verte et un petit bonhomme bleu. Ça tombe bien, déboulent page 51 une soucoupe volante verte et un petit bonhomme bleu.
Jules, bonne adresse.


Une Épatante Aventure de Jules #5 : La Question du père d’Émile Bravo, Dargaud, 9,80 euros.


Et aussi, l’exposition « Jules » à la cité des sciences.

Publiez un commentaire