Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Pascal Rabaté ouvre des « Fenêtres sur rue »

26 août 2013 |

L’auteur des Petits ruisseaux (album qu’il a lui-même adapté au cinéma) rend hommage à deux grands du neuvième art dans Fenêtres sur rue, un livre surprenant et enthousiasmant.

fenetres_couvDans son dernier film, Ni à vendre ni à louer, Pascal Rabaté rendait déjà hommage à Jacques Tati. Il récidive ici, en saluant aussi le maître du suspense Alfred Hitchcock. Fenêtres sur rue fait évidemment référence à Fenêtre sur cour, mais pas que. Inventif, l’auteur raconte le quotidien de quelques immeubles accolés, en montrant uniquement leurs fenêtres donc.

Selon que l’on prend l’ouvrage dans un sens ou dans l’autre, on fait défiler les jours ou les nuits de tout ce microcosme. L’objet se déplie tel un accordéon, et ses représentations évoluent au fil des heures : le jour, une femme regarde des films de Hitchcock, et la nuit ceux de Jacques Tati ; tandis qu’un voisin joue du piano ou lutine une voisine infidèle, qu’un couple se dispute, qu’un peintre étudie son modèle… Est commis un crime, que l’on s’amuse à reconstituer en auscultant soigneusement l’action. Ces histoires mêlées se passent de dialogues, et même de voix-off. Elles sont servies par des peintures aux couleurs judicieuses, et un habile travail sur la lumière. A condition de prendre le temps de se plonger dans ce véritable théâtre (les personnages viennent même saluer le lecteur à la fin !), on prend un grand plaisir à découvrir le monde ainsi reconstitué par Pascal Rabaté.

—————————-

Fenêtres sur rue (matinées/soirées)
Par Pascal Rabaté.
Soleil/Noctambule, 18,95€, le 21 août 2013.

Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

Votez pour cet article

————————–

fenetres_2

Commentaires

  1. Diane

    Très bel objet…

  2. Francois Pincemi

    Un livre-objet, assez atypique et propre à susciter la curiosité. L’idéal pour laisser trainer sur la table basse de son salon, en attendant qu’il n’éveille la curiosité d’une frêle et innocente colombe…

Publiez un commentaire