Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 15, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Professeur Cyclope, en version papier chez Casterman

24 janvier 2014 |

Professeur_Cyclope_labelLe mensuel de BD numérique Professeur Cyclope étend sa toile vers l’édition papier, avec la création d’un label chez Casterman et Arte éditions.

Professeur_Cyclope_label_imageDès le début, il y a un an, le mensuel de bandes dessinées de création sur écrans (tablette, avant tout) Professeur Cyclope évoquait la possibilité de créer un label chez un éditeur traditionnel. Afin de poursuivre l’aventure créative sur un support plus classique – et plus vendeur – tout en conservant son identité.

C’est donc chose faite avec l’accord trouvé avec Casterman, qui publiera, en coédition avec Arte (qui soutient déjà Professeur Cyclope sur le net) des livres issus de la revue numérique. « Des histoires, soigneusement sélectionnées […] enrichies par leurs auteurs afin d’offrir une lecture nouvelle et véritablement complémentaire de leur version numérique », précise le communiqué.

Dès le mois de mai, deux titres verront donc le jour sous label Professeur Cyclope : Le Sourire de Rose, par Sacha Goerg, suspense intimiste de 104 pages en couleurs; et Iba de Pierre Maurel, récit d’angoisse de 136 pages noir et blanc. Suivront en septembre Le Teckel d’Hervé Bourhis et Les Pénates d’Alexandre Franc et Vincent Sorel.

Benoît Mouchart, directeur éditorial de Casterman, résume cette démarche ainsi: « Nous sommes très fiers de publier ces livres et ces auteurs qui s’intègrent parfaitement au projet qui a toujours été celui de Casterman : éditer des oeuvres romanesques, modernes, ambitieuses et accessibles. » 

Une bonne nouvelle, qui permettra à Professeur Cyclope et à ses auteurs de diffuser l’esprit du projet, de rentrer un peu mieux dans leur frais, et à Casterman de prendre un bon coup de frais.

Commentaires

  1. Francois Pincemi

    Pourquoi pas, s’il n’y a plus de revues papier pour financer la prépublication? Reste à voir si les BD retenues seront intéressantes…

Publiez un commentaire