Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Skim

16 août 2008 |

serpents.jpg

bien.jpg

Par Jillian Tamaki et Mariko Tamaki.
Casterman, 13,50 €, le 20 août.

Si les camarades de Kimberley la surnomment Skim et non pas Kim, c’est pour mieux rimer avec « slim » (mince) et rappeler perfidement que la jeune fille n’est pas un canon de beauté. Bienvenue dans le monde cruel de l’adolescence ! Skim y trimballe son mal-être dans un lycée de jeunes filles troublées par le suicide d’un adolescent. Affolés par cette tragédie, les profs veulent soutenir les élèves à grand coup d’exercices « pour apprendre à s’aimer », mais ne parviennent finalement qu’à éviter le fond du problème. Pourquoi personne ne mentionne-t-il le fait que John se serait tué parce qu’il était gay ? Les auteurs de cet album, Jillian et Mariko Tamaki, sont deux cousines canadiennes. Ces artistes – la première est une brillante illustratrice, la seconde est entre autre écrivain et plasticienne – signent une chronique juste et poignante de l’adolescence. Loin d’être une jeune fille mièvre et idiote, Skim se débat avec de douloureuses questions sur l’identité, la sexualité ou la confiance en soi. Elle confie ses angoisses, sans toujours trouver les mots pour les exprimer. Mélange de finesse et de dureté, la ligne de Jillian Tamaki est d’une fluidité féroce. Le visage disgracieux de Skim, évocateur de ceux des femmes représentées sur les estampes japonaises, se révèle fascinant. Proche de Blankets de Craig Thompson, ce roman graphique se montre d’une subtilité graphique et narrative réjouissante.

Allison Reber

acheter Skim sur Amazon.fr

Commentaires

Publiez un commentaire