Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Spirou dynamise la Cité de la BD et de l’image d’Angoulême

29 juillet 2013 |

Spirou n’en finit plus de souffler ses 75 bougies, et ce n’est pas un mal. Pour en savoir davantage sur le groom belge, on pourra se replonger dans La Véritable Histoire de Spirou de Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, ou creuser ses origines avec l’intégrale Spirou par Rob-Vel. Ou encore se rendre à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême (dont le directeur, Gilles Ciment, vient d’être reconduit dans ses fonctions), qui présente la jolie exposition « Spirou, un héros dynamique ».

spirou un héros dynamique © Yoann  Vehlmann – DUPUIS 2013Le parcours se décline en cinq parties. D’abord une plongée historique, via le code d’honneur des amis de Spirou (un club au succès fracassant, dont les membres doivent être « francs et droits »). Le héros est en effet bien-pensant, créé sur une idée de l’éditeur et imprimeur Jean Dupuis. « Ce protoype du self made man, très pieux, voulait un personnage pour incarner l’esprit d’un magazine familial », précise Jean-Pierre Mercier, commissaire de l’exposition. Il confie cette mission à Rob-Vel — qui sera largement aidé par sa femme et le peintre Luc Lafnet. Interdit pendant la guerre (Dupuis refuse de collaborer), le journal survit pourtant dans l’imaginaire collectif, via… des spectacles de marionnettes. Des affiches et même un pantin (qui aurait été sculpté et peint par Jijé) en témoignent.

Cette introduction richement documentée laisse la place à une balade chronologique dans les planches de la série et de ses one-shots. Chaque auteur, quelle que soit sa notoriété, a droit à moins d’une demi-douzaine de planches (originales ou fac-similés) : de Jijé à Yoann et Vehlmann — actuellement aux manettes —, en passant par Franquin, Jean-Claude Fournier, Nic et Cauvin, Chaland, Tome et Janry, Morvan et Munuera, Frank Le Gall, Emile Bravo, Yann et Olivier Schwartz… Une occasion d’observer la variété des styles, le changement de ton selon les histoires.

Plus anecdotique, un coin « Petit Spirou » permet aux enfants de feuilleter des albums. Les adultes, eux, peuvent se perdre dans la contemplation des archives de Spirou, en consultant une soixantaine d’anciens numéros numérisés, à disposition via une ingénieuse table électronique. Quelques pas plus loin, on pénètre une « rédaction » virtuelle, qui regroupe les travaux inspirés par le microcosme de Marcinelle (siège de Spirou). Il y a les séries L’Elan de Frank Pé, Le Gang Mazda de Christian Darasse, Tome et Yslaire, Le Boss de Zidrou et Bercovici, mais surtout Gaston Lagaffe de Franquin, et aussi le récent Atelier Mastodonte emmené par, entre autres, Lewis Trondheim, Cyril Pedrosa, Julien Neel, Yoann, Alfred, Guillaume Bianco et Tebo.

On complètera cette agréable visite — servie par une scénographie simple, claire et efficace, qui anime l’espace avec des calots et des spirales — par celle de la « galerie des illustres » : y sont exposées les planches commandées par Spirou à des auteurs divers, en hommage au groom.

Laurence Le Saux

spirou_2

spirou_1

spirou_3

spirou_4

spirou_5

spirou_6

spirou_7

spirou_8

spirou_9

spirou_10

spirou_11

spirou_12

spirou_13

spirou_14

spirou_15

spirou_16

spirou_17

spirou_18

spirou_19

spirou_20

spirou_21

spirou_22

spirou_23

spirou_24

spirou_25

spirou_26

spirou_27

spirou_28

spirou_29

spirou_30

spirou_31

spirou_32

illustres_1

illustres_2

illustres_3

illustres_4

illustres_5

illustres_6

illustres_7

illustres_8

illustres_9

—————————————-

Exposition Spirou : un héros dynamique
Jusqu’au 6 octobre 2013 à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Quai de la Charente, Angoulême.
Du mardi au vendredi 10h-18, samedi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h, en juillet et en août jusqu’à 19h. Tarifs : de 4 à 6,50€.

Affiche © Yoann / Dupuis.
Photos © Laurence Le Saux pour BoDoï.

Votez pour cet article

—————————————–

Commentaires

  1. Francois Pincemi

    Une exposition plus que justifiée pour fêter les septante-cinq ans du groom rouge. Messieurs les jeunes auteurs indés, les petits amateurs de mangagas ou de comics pas comiques, allez y, vous en sortirez émerveillés, et plus cultivés qu’avant.

Publiez un commentaire