Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

35 Comments

Jolies Ténèbres ****

5 mars 2009 |

jolies_tenebres_critique.jpgbravo.jpgPar Kerascoët et Fabien Vehlmann. Dupuis, 16 €, le 6 mars 2009.

Voici la première grosse claque de l’année. Mais quand je dis grosse claque, c’est que Jolies Ténèbres est de ces albums rares, qui secouent à la première lecture, et dont on se souvient longtemps. Pourquoi? Parce que jamais bande dessinée n’aura aussi bien mélangé candeur et cruauté, enfance et monde adulte, rêve et cauchemar. Parce que ce n’est pas si souvent qu’un dessin aussi doux et des couleurs aussi tendres servent un récit aussi sombre et troublant. Parce que Jolies Ténèbres est un chef d’oeuvre, un vrai.jolies_tenebres_critique3.jpg

Ça commence par un goûter charmant et rose bonbon, qui est interrompu par une inondation gluante. Normal, les personnages qui devisaient si gentiment sont en réalité les petits habitants (grands de quelques centimètres) d’un cadavre de fillette, pourrissant dans les bois. Qui sont-ils? Mystère. Que veulent-ils? Survivre, dans un esprit bon enfant. Car ces Minipouss agissent comme des gamins, et c’est une sorte de drame façon Sa Majesté des mouches qui se joue devant nos yeux horrifiés. En effet, la mort, la violence et la douleur interviennent sans crier gare, et sont traitées avec un détachement terrifiant. Du jamais-lu.

Certains lecteurs réagiront sans doute de manière radicale, rejetant un récit énigmatique qui n’apporte aucune réponse. Mais en réalité, cette histoire pastel et cruelle se passe très bien de toute justification. C’est aussi pour ça qu’on lit de la bande dessinée: être transporté, parfois de force, dans un univers unique et troublant, qui dépasse les limites d’un imaginaire mille fois régurgité. Le duo Kerascoët atteint des sommets dans sa maîtrise du dessin et de la couleur directe. Il prend le temps de brosser de beaux décors pleines pages et des tonnes de détails de la flore et la faune. Il utilise la puissance de son trait fin et expressif pour dézinguer toute cette beauté champêtre, dans des séquences d’une brutalité extrême. Fabien Vehlmann apporte son sens efficace et adulte de la narration. Ensemble, ils mêlent un graphisme attrayant à un esprit tordu et poussent ainsi la bande dessinée un peu plus loin dans son champ d’exploration.

(Si après ça vous n’avez pas envie de participer au concours pour gagner un exemplaire de Jolies Ténèbres ou de l’acheter sur Amazon.fr, je ne sais plus quoi faire…)

+ d’infos sur nouvellesBD.com

jolies_tenebres_critique2.jpg

Commentaires

  1. Gibon

    Je l’ai dévoré en une heure et pendant toute cette lecture j’ai eu peur de croiser des animaux (qui a lu comprendra). Je me sentais mal en voyant certains personnages. Les auteurs sont arrivés à leur but avec moi: me toucher, mais au niveau des émotions. A lire absolument. J’espère aussi qu’il sera nominé à Angoulème.

  2. Gibon

    Je l’ai dévoré en une heure et pendant toute cette lecture j’ai eu peur de croiser des animaux (qui a lu comprendra). Je me sentais mal en voyant certains personnages. Les auteurs sont arrivés à leur but avec moi: me toucher, mais au niveau des émotions. A lire absolument. J’espère aussi qu’il sera nominé à Angoulème.

  3. Mathilde

    Absolument d’accord. c’est un livre gé-nial!

  4. Mathilde

    Absolument d’accord. c’est un livre gé-nial!

  5. Bob

    Jolies Ténèbres est un sacré morceau de bande dessinée, mais ne lui jetons pas trop vite l’étiquette de « chef d’oeuvre ». La mise en scène graphique est excellente, mêlant avec brio le réalisme et la précision des décors naturels et la simplicité enfantine de ses personnages principaux, utilisant un style très vivant dans la lignée de Sfar et consorts. Les dialogues respirent également la vie et parviennent à faire exister ce petit monde étrange. Tout le projet de ce livre est affaire de contrastes, du titre en forme d’oxymore au mélange graphique onirique/réaliste, en passant par le contraste en terme de récit entre légèreté/cruauté, monde de l’enfance et monde de l’horreur.
    Mais c’est peut-être la limite de cette oeuvre : à force de trop jouer sur un décalage sensé provoquer systématiquement le malaise, on assiste par moments à un jeu de massacre qui peut paraître gratuit, tirant davantage vers Happy Tree Friends, la drôlerie jouissive en moins. Il aurait suffi de pas grand chose pour tirer Jolies Ténèbres vers le chef d’oeuvre qu’il aurait pu être : enlever deux ou trois saynètes inutilement trash et l’inquiétante étrangeté de l’ensemble aurait sans doute gagné en force. Car le propos est intéressant. Cette vision désabusée de l’innocence enfantine qui se révèle quand les créatures se retrouvent livrées à elles-mêmes est un miroir fascinant de notre humanité à l’état de nature, non moralisée, égocentrique, qui doit réinventer ses codes sociaux, dans la lignée de Sa Majesté des Mouches. Avec un pouvoir d’attraction onirique, très mystérieux, et qui est la vraie grande force de ce récit : le contexte énigmatique, glauque (et même cauchemardesque) et en même temps sublime (quelle exaltation des beautés de la nature !) dans lequel se situe cette histoire. Le changement d’échelle donne une dimension de jungle à quelques herbes et une force de présence diffuse incroyablement forte à la jeune fille morte qui hante tout le livre, une force de présence également aux autres humains que l’on croise…

  6. Bob

    Jolies Ténèbres est un sacré morceau de bande dessinée, mais ne lui jetons pas trop vite l’étiquette de « chef d’oeuvre ». La mise en scène graphique est excellente, mêlant avec brio le réalisme et la précision des décors naturels et la simplicité enfantine de ses personnages principaux, utilisant un style très vivant dans la lignée de Sfar et consorts. Les dialogues respirent également la vie et parviennent à faire exister ce petit monde étrange. Tout le projet de ce livre est affaire de contrastes, du titre en forme d’oxymore au mélange graphique onirique/réaliste, en passant par le contraste en terme de récit entre légèreté/cruauté, monde de l’enfance et monde de l’horreur.
    Mais c’est peut-être la limite de cette oeuvre : à force de trop jouer sur un décalage sensé provoquer systématiquement le malaise, on assiste par moments à un jeu de massacre qui peut paraître gratuit, tirant davantage vers Happy Tree Friends, la drôlerie jouissive en moins. Il aurait suffi de pas grand chose pour tirer Jolies Ténèbres vers le chef d’oeuvre qu’il aurait pu être : enlever deux ou trois saynètes inutilement trash et l’inquiétante étrangeté de l’ensemble aurait sans doute gagné en force. Car le propos est intéressant. Cette vision désabusée de l’innocence enfantine qui se révèle quand les créatures se retrouvent livrées à elles-mêmes est un miroir fascinant de notre humanité à l’état de nature, non moralisée, égocentrique, qui doit réinventer ses codes sociaux, dans la lignée de Sa Majesté des Mouches. Avec un pouvoir d’attraction onirique, très mystérieux, et qui est la vraie grande force de ce récit : le contexte énigmatique, glauque (et même cauchemardesque) et en même temps sublime (quelle exaltation des beautés de la nature !) dans lequel se situe cette histoire. Le changement d’échelle donne une dimension de jungle à quelques herbes et une force de présence diffuse incroyablement forte à la jeune fille morte qui hante tout le livre, une force de présence également aux autres humains que l’on croise…

  7. Bob, vous ne décernez pas le titre de chef-d’oeuvre à Jolies Ténèbres mais vous en parlez avec l’enthousiasme qui leur correspond…

  8. Bob, vous ne décernez pas le titre de chef-d’oeuvre à Jolies Ténèbres mais vous en parlez avec l’enthousiasme qui leur correspond…

  9. Thibs

    Une chose est certaine : on ne peut pas rester indifférent. J’ai détesté et trouvé amoral, mais je comprends que ça ait son public

  10. Thibs

    Une chose est certaine : on ne peut pas rester indifférent. J’ai détesté et trouvé amoral, mais je comprends que ça ait son public

  11. Je suis en partie d’accord avec BOB.
    J’ai été déçue au premiers abords de la lecture car j’ai eu beaucoup de mal à le lire sans en ressentir une profonde angoisse. J’ai quand même continué en me mettant au soleil ou milieu des fleurs et pas dans mon lit avant de me coucher ;o)
    Je trouve le scénario reussit car il nous fait réagir de manière très forte émotionnellement, mais j’en suis sortie déçue car j’ai trouvé beaucoup de choses purement gratuites, sans justification. Je suis restée sur ma faim… Il manque un sens, des réponses. Ils donnent des pistes, mais elles se sont perdue en forêt…A moins qu’il y ait un tome 2 ?
    Quant au dessin, il est très beau, rien à dire la dessus !

  12. Je suis en partie d’accord avec BOB.
    J’ai été déçue au premiers abords de la lecture car j’ai eu beaucoup de mal à le lire sans en ressentir une profonde angoisse. J’ai quand même continué en me mettant au soleil ou milieu des fleurs et pas dans mon lit avant de me coucher ;o)
    Je trouve le scénario reussit car il nous fait réagir de manière très forte émotionnellement, mais j’en suis sortie déçue car j’ai trouvé beaucoup de choses purement gratuites, sans justification. Je suis restée sur ma faim… Il manque un sens, des réponses. Ils donnent des pistes, mais elles se sont perdue en forêt…A moins qu’il y ait un tome 2 ?
    Quant au dessin, il est très beau, rien à dire la dessus !

  13. Christopher

    Une bande dessinée absolument superbe ! j’ai adoré ce « mélange » d’innocence et de cruauté à la fois qui plané tout le long de l’histoire, c’était vraiment très prenant donc un grand bravo à Kerascoët et Fabien Vehlmann !
    Et si quelqu’un connaitrait des BD de ce genre ce serait sympa de m’en informer :3
    Merci d’avance ! Chaluu~

  14. Christopher

    Une bande dessinée absolument superbe ! j’ai adoré ce « mélange » d’innocence et de cruauté à la fois qui plané tout le long de l’histoire, c’était vraiment très prenant donc un grand bravo à Kerascoët et Fabien Vehlmann !
    Et si quelqu’un connaitrait des BD de ce genre ce serait sympa de m’en informer :3
    Merci d’avance ! Chaluu~

  15. vedrine

    dérangeant, malsain. mais quel est le but de l’auteur?? je serais triste de transmettre des émotions aussi terribles. bravo pour le message de bob, profond, bien analysé.j’adhere!

  16. vedrine

    dérangeant, malsain. mais quel est le but de l’auteur?? je serais triste de transmettre des émotions aussi terribles. bravo pour le message de bob, profond, bien analysé.j’adhere!

Publiez un commentaire