Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Le Sang des Porphyre #3 **

14 janvier 2009 |

pasmal.jpgsang_porphyre3.jpgPar Joël Parnotte et Balac. Dargaud, 13,50 €, le 16 janvier 2009.

Avant-dernier épisode d’une saga celtico-côtière, cet album suit la quête de Konan et Gwémon Porphyre, deux frères issus d’une famille maudite. Avec la sauvage Soizik, ils cherchent le trésor de leur odieux père, qui fut naufrageur. Les premières cases de cette BD sont l’occasion d’améliorer son patois bretonnant. Les expressions pittoresques fusent : « vérole de chiourme », « par les bourses noires du démon de Saint Coulitz », « benez doué », « goguenot de mouscaille »… Une fois cette occasion de s’esbaudir passée, le tragique guette. Un abbé défroqué et démoniaque traque nos héros pour leur voler le supposé pactole. Gwémon et Soizik apprennent qu’ils ne sont pas ceux qu’ils croyaient être, tandis que Konan fait naître les soupçons de son frère : il ne serait pas le vrai Konan…

Bienvenue dans un Santa Barbara bretonnant, au scénario fomenté par un Balac (alias Yann) ne lésinant pas sur les rebondissements. « Fi dam doué ! C’est encore plus incroyable que les contes de Perrault », lâche un personnage au cours du récit, traduisant avec une étonnante clairvoyance les impressions du lecteur. Pas désagréable mais légèrement ridicule, ce Sang des Porphyre bénéficie toutefois du coup de crayon habile de Joël Parnotte, particulièrement apte à dessiner les paysages et les vols d’oiseaux.

sang_porphyre3_image.jpg

Achetez Le Sang des Porphyre T3 sur Amazon.fr

Commentaires

  1. Papybouyoul

    « Fi dam doué ! c’est encore plus incroyable que les contes de Perrault ! » s’écrie Soizik… voilà le résumé de ce 3e et avant dernier tome dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne sert pas de transition. En effet, il nous livre son lot de révélations (et de mystères) sur l’origine de certains personnages ainsi que leurs motivations. De plus, la poursuite de la quête au trésor du vieux Hyacinthe Porphyre et la recherche de l’assassin de Rozenn sont rondement menées !
    Quant aux dessins, ils complètent à merveille l’ambiance du récit tant au niveau des personnages, en renforçant leur personnalité par un physique cohérent, qu’au niveau des superbes décors du littoral breton avec des couleurs clair-obscur dignes de Rembrandt.
    Le scénariste Yann ne s’est pas trompé en choisissant Joël Parnotte dont je conseille « Les Aquanautes » avec son compère Mallié et « Un pas vers les étoiles » scénarisé par Félix.
    Bref, une saga passionnante dont « Hermine » sera le prochain et dernier tome.

  2. Papybouyoul

    « Fi dam doué ! c’est encore plus incroyable que les contes de Perrault ! » s’écrie Soizik… voilà le résumé de ce 3e et avant dernier tome dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne sert pas de transition. En effet, il nous livre son lot de révélations (et de mystères) sur l’origine de certains personnages ainsi que leurs motivations. De plus, la poursuite de la quête au trésor du vieux Hyacinthe Porphyre et la recherche de l’assassin de Rozenn sont rondement menées !
    Quant aux dessins, ils complètent à merveille l’ambiance du récit tant au niveau des personnages, en renforçant leur personnalité par un physique cohérent, qu’au niveau des superbes décors du littoral breton avec des couleurs clair-obscur dignes de Rembrandt.
    Le scénariste Yann ne s’est pas trompé en choisissant Joël Parnotte dont je conseille « Les Aquanautes » avec son compère Mallié et « Un pas vers les étoiles » scénarisé par Félix.
    Bref, une saga passionnante dont « Hermine » sera le prochain et dernier tome.

Publiez un commentaire