Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Shooting War

7 octobre 2008 |

shootingwarcouv_petit.jpg

pasmal.jpg

Par Dan Goldman et Anthony Lappé. Les Arènes, 22,80 €, le 8 octobre 2008.

À quelques semaines de l’élection présidentielle américaine, voilà un livre qui tombe à pic. Shooting War imagine le monde en 2011. John McCain est devenu président des États-Unis, l’Irak est toujours à feu et à sang, et les terroristes agissent impunément sur toutes les zones du globe. C’est ainsi que le jeune blogueur Jimmy Burns filme, par hasard et en direct, un attentat dans un café de New York. Un acte de bravoure journalistique qui le propulse reporter vedette d’une grande chaîne d’informations. Il devient son envoyé spécial à Bagdad.

shooting-war.jpg

À travers son journaliste tête-brûlée, Anthony Lappé (lui-même journaliste, notamment au New York Times) assène une violente charge à l’administration Bush et aux médias américains. Il construit un scénario-catastophe, du point de vue économique et géopolitique, qui reste globalement crédible. Les images de Dan Goldman, qui mélangent photos et logos de grandes marques, renforcent la critique d’un monde clinquant obsédé par le fric. Mais, au fil des pages, Shoooting War lasse. Peut-être parce qu’il était à l’origine un web-comic, et que la lecture périodique de ses chapitres permettait de digérer le message. Sous forme de roman graphique, ses effets de style (la grandiloquence, le cynisme) perdent de leur puissance polémique. Les protagonistes caricaturaux (le militaire fou de Dieu, la journaliste irakienne communiste…) ne font pas de bons personnages de fiction et l’embrasement final ressemble trop à un film hollywoodien. Dommage.

© Les Arènes / Lappé et Goldman

Publiez un commentaire