Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Alcante et Fanny Montgermont osent le mélodrame

18 décembre 2008 |

quelques_jours_intro.jpgL’histoire n’est pas vraiment gaie : Xavier, tête à claques de 35 ans et dragueur impénitent, se découvre un fils adolescent, dont la mère est cancéreuse. Plus tragique encore, l’enfant est atteint de progeria, une maladie qui le vieillit prématurément. De quoi mettre du plomb dans la tête de n’importe quel égocentrique… Dans Quelques jours ensemble, Alcante – scénariste de Pandora Box et Jason Brice – livre des vagues d’émotion, transcrites en images par Fanny Montgermont.

Quelle est l’origine de cette bande dessinée ?
quelques_jours_julien2.jpgAlcante : Une émission télévisée sur la progeria, que j’ai vue en 2004. Cette maladie existe réellement, elle donne l’apparence de vieillards à de jeunes enfants. Ses premiers signes peuvent apparaître dès l’âge d’un an. Ce qui est très troublant, c’est que tous les malades finissent par se ressembler, quelque soit leur pays d’origine. La progeria concerne un cas sur huit millions, elle est donc rarissime. Mais cette pathologie m’a tellement ému que j’ai eu envie d’en tirer une histoire.

Pourquoi faire d’un adolescent l’un de vos héros ?
A. :
Julien, le fils de Xavier, a 13 ans. J’avais besoin qu’il ait une certaine maturité psychologique pour bâtir une relation intéressante avec ses parents. Et puis il était plus honnête de montrer qu’à la fin, il meurt, puisque l’espérance de vie des personnes atteintes de progeria ne dépasse pas 15 ans. Pour lui donner la réplique, j’ai choisi un adulte pas très mûr, qui est son opposé et avec qui il doit créer un lien. Xavier est un mélange entre plusieurs personnes que je connais, et dont je fais partie. Comme lui, je peux être euphorique un jour et limite dépressif le lendemain. J’ai exagéré cela, ce qui peut le faire paraître caricatural. Je comprends cette critique, mais 78 pages ne suffisent pas à développer un personnage, il faut forcer le trait pour faire passer l’information rapidement.

quelques_jours_julien.jpgPourquoi vous centrer sur cette relation père-fils?
A. : Je suis père de deux enfants de 6 et 10 ans. J’ai creusé en moi pour trouver les émotions injectées dans l’album. Ce sujet revient régulièrement dans mes scénarios, comme par exemple certains de Pandora Box. Je ne sais pas pourquoi, cela s’impose à moi. Je suis bien conscient que ce récit déborde de pathos et de mélodrame, c’est du lourd de chez lourd !

Comment êtes-vous tous deux entrés en contact?
A. : J’avais proposé l’idée à Dupuis. En 2006, à Angoulême, j’ai passé une matinée à me balader entre les stands, en regardant les couvertures et en notant sur mon bloc-notes les noms des dessinateurs que j’aimais. Chez Paquet, j’ai flashé sur Elle de Fanny Montgermont. Son trait à la fois doux, amer et poétique dégageait vraiment quelque chose. J’ai voulu rencontrer Fanny, mais elle venait de repartir. Du coup, je l’ai contactée par mail. Elle a aimé le projet, et Dupuis a apprécié son coup de crayon. C’est ainsi que Quelques jours ensemble s’est fait !
Fanny Montgermont : Je ne connaissais pas Alcante. Mais il a déployé un sacré argument lorsqu’il m’a dit que son projet était déjà pris pour la collection Aire Libre ! J’ai aimé son histoire impeccablement construite et la façon dont il avait creusé les personnages, qui semblaient vivants.

quelques_jours_xavier.jpgComment avez-vous fonctionné ?
A. : Je lui ai donné le scénario terminé et découpé, et elle m’a envoyé les crayonnés et la mise en couleurs. Fanny résidant en Bretagne et moi à Bruxelles, nous avons communiqué par Internet.
F. M. : Nous étions sur la même longueur d’ondes. Il n’avait pas besoin de m’expliquer les attitudes des personnages, tout transparaissait dans les dialogues. J’ai choisi de ne pas utiliser la gouache, contrairement à ce que j’avais fait pour Elle. Il m’aurait fallu trop de temps pour réaliser 78 pages ainsi. J’ai décidé de tester l’aquarelle, qui permet plus de rapidité et fait moins disparaître le dessin que la gouache. On peut de plus rajouter quelques teintes de couleurs primaires par-dessus, cela permet plus de créativité et de souplesse au fil des planches.

D’où vient votre goût pour la BD ?
A. : J’ai baigné depuis l’enfance dans le franco-belge, mes parents étaient abonnés à Spirou et à Tintin. Et puis mon grand cousin s’appelle Bernard Swysen [auteur entre autres d’Albert Lombaire]. Il était mon idole durant ma jeunesse ! Plus tard, j’ai raté le concours d’entrée d’une école de cinéma, et j’ai suivi des études d’économie. En approchant de la trentaine, je pensais toujours à raconter des histoires, un jour. Alors je me suis forcé à écrire le soir et à démarcher les éditeurs. Spirou a pris certaines de mes histoires courtes en 2002, puis j’ai scénarisé Pandora Box [une série sur les péchés capitaux, réalisée par plusieurs dessinateurs] pour Dupuis. Cette année, en septembre, j’ai fait le grand saut: j’ai complètement abandonné mon boulot d’économiste pour être scénariste à plein temps ! À 38 ans, j’ai publié dix albums, et réalisé mon rêve de gosse.
F. M. : Après le bac, j’ai suivi des études de graphisme. Puis j’ai cherché du travail dans l’animation, ma première passion, mais ce fut un échec. Je me suis ensuite orientée vers la bande dessinée, et mon premier projet a vogué d’un éditeur à l’autre. Paquet a ensuite édité Elle. Je suis très influencée par le manga et les animés japonais. Mais j’aime aussi le dessin et les couleurs d’auteurs comme Emmanuel Lepage ou Jean-Pierre Gibrat, qui parviennent à créer de vraies ambiances.

quelques_jours_xavier2.jpg

Quels sont vos projets ?
A. :
J’ai imaginé et rédigé le scénario du quatrième XIII Mystery, dédié au Colonel Amos et dessiné par François Boucq. Il devrait paraître en juin 2010. J’ai aussi collaboré avec Jean Van Hamme sur l’adaptation BD de Rani, la fiction qu’il a écrite pour la télé autour d’une jeune Française du XVIIIe siècle émigrée en Inde. La série, éditée au Lombard, courra sur huit tomes et sera dessinée par Jean Vallès. lighthouse.jpgJe prépare aussi avec Matteo, le dessinateur italien de Protecto, un one-shot dans la collection Hanté pour Soleil. J’ai choisi comme cadre un phare du Pays de Galles [image ci-contre, cliquez pour agrandir]. Je poursuis aussi la série Jason Brice, dont le deuxième épisode est prévu pour août 2009.
Et j’ai un autre projet avec Fanny, spécialement écrit pour elle. Figurez-vous que je ne voulais pas la laisser filer ! Cette fois, ce one-shot – toujours édité par Dupuis – racontera le parcours d’une jeune touriste américaine dans le Nord du Chili. Elle y rencontrera un guide, qui comme elle porte un lourd secret. Mais, je vous le dis tout de suite, ils ne tomberont pas amoureux l’un de l’autre, ce serait trop cliché !
F. M. : Je vais donc travailler sur le scénario d’Alcante, mais j’aimerais aussi adapter une nouvelle de Michel de Grèce, une histoire de fantôme. J’ai proposé l’idée à Dupuis, on verra si ça plaît…

Propos recueillis par Laurence Le Saux

__________________________________________________________

Quelques jours ensemble
Par Fanny Montgermont et Alcante.
Dupuis, 15 €, le 3 décembre 2008.
Achetez Quelques jours ensemble sur Amazon.fr

© Dupuis
__________________________________________________________

quelques_jours_couv.jpg quelques_jours_pl9.jpg quelques_jours_pl24.jpg quelques_jours_pl25.jpg quelques_jours_pl55.jpg

—————————————————

Commentaires

Publiez un commentaire