Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Antarès #2 °

13 février 2009 |

antares_2_vignette.jpgnon.jpgPar Leo. Dargaud, 10,40 €, le 20 février 2009.

Pour qui est amateur de planètes imaginaires, les écosystèmes imprévisibles de Leo – qui donnent leur nom aux cycles de sa série, Aldébaran, Bételgeuse et Antarès – sont un ravissement : colonisés par des hommes plus ou moins ouverts et intelligents, ils regorgent d’une végétation luxuriante et d’animaux inconnus (dont les fascinants Iums, ces espèces de pandas quasiment doués de raison). A chaque nouvel épisode de cette saga, on voudrait pouvoir continuer à s’enthousiasmer pour les péripéties de Kim, héroïne récurrente, être à nouveau surpris par des bestioles fabuleuses, ou guetter chaque retournement de situation avec angoisse. antares_image1.jpgMais voilà, au bout de douze albums, le souffle épique science-fictionnel de cette série faiblit sérieusement.

Ce deuxième épisode d’Antarès tire sur des ficelles trop connues des fidèles de Leo. On y retrouve Kim, donc, réconciliée avec son amoureux Marc, et mère d’une petite fille à moitié extraterrestre. Les voilà embarqués pour une mission qu’ils connaissent par cœur (et nous aussi) : « tester » une autre planète et estimer son potentiel avant que les humains s’y installent. Seulement, leurs camarades ne sont pas franchement aimables, et semblent appartenir à une secte qui réduit les femmes à des êtres inférieurs… L’auteur a troqué son cheval de bataille précédent, l’écologie, pour la tolérance religieuse. Mais il aurait fallu plus qu’une intention louable pour raviver l’intérêt de ce récit à rallonge.

Achetez Antarès T2 sur Amazon.fr

Commentaires

  1. lefebvre

    La critique liée à la répétition est facile. C’est peut être vrai mais il y a un vrai plaisir à retrouver cette série.

    Je suis en revanche agacé par la lenteur entre chaque épisode. Certes, il faut du temps mais ici c’est trop long.

  2. lefebvre

    La critique liée à la répétition est facile. C’est peut être vrai mais il y a un vrai plaisir à retrouver cette série.

    Je suis en revanche agacé par la lenteur entre chaque épisode. Certes, il faut du temps mais ici c’est trop long.

Publiez un commentaire