Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

5 Comments

Au vent mauvais *

24 avril 2013 |

vent_couvpicto-critique-V3-1Par Thierry Murat et Rascal. Futuropolis, 18€, le 7 mars 2013.

Abel Mérian sort de prison. Dehors, rien ni personne ne l’attend. Désabusé, il retrouve un semblant d’espoir lorsqu’il découvre, par hasard, le téléphone portable d’une jeune femme. Sur un coup de tête, il décide de le lui rapporter en Italie. Débute alors une folle virée en voiture pour rencontrer cette inconnue, avec laquelle il s’imagine avoir, peut-être, un avenir…

vent_1Sur le papier, cette histoire avait de quoi allécher : un anti-héros, brisé, qui cherche un sens à sa (nouvelle) vie ; une espèce de « road-movie » un brin désespéré ; un dessin sobre, qui capte sans en avoir l’air la mélancolie du personnage et la cruauté de la vie.

Mais l’ensemble manque d’épaisseur. Les situations et les sentiments ne sont qu’effleurés. Difficile de prendre fait et cause pour Abel, dont les motivations profondes ne sont pas expliquées. Les jolis moments – par exemple lorsqu’il regarde un tableau de Magritte qui le fait replonger dans ses souvenirs d’enfance – sont trop rares pour susciter l’émotion. Ils passent aussi vite que la voiture d’Abel sur les routes de France et d’Italie. Comme s’il ne fallait surtout pas s’attacher à ces instants. C’est le parti pris des auteurs (Thierry Murat au dessin et Rascal au scénario) : donner à voir la fugacité de la vie, la mort des illusions — la fin de l’album est, en cela, assez brutale. Un album triste, froid. Et jamais vraiment émouvant.

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

 vent_2

Commentaires

  1. touché coulé pour ce roman graphique superbement illustré : sobriété et nostalgie baignent ce road movie désabusé. Un joli coup de coeur pour ma part !

  2. Liliane Dufour

    Ah, sans doute trop subtil pour vous, Marion Poinso !
    Votre affirmation finale est choquante, vous êtes journaliste, un peu d’humilité et de nuance seraient bienvenue ; vous auriez pu noter « selon moi », « à mon avis »… quelque part au moins.
    Et puis, il y a tellement de livres, ça sert à quoi de faire une telle critique… ? Vous n’avez pas autre chose à faire que de démonter des livres atypiques qui peuvent avoir des difficultés à trouver leur public…

    Pour moi un grand moment de lecture et d’émotion ! Rythme calme, belle écriture, images parfaites… Bref, j’ai adoré « Au vent mauvais » pour toutes les raisons inverses de celles que vous évoquez.

  3. Rom

    « Thierry Murat au scénario et Rascal au dessin »
    Non, renseignez-vous, c’est le contraire : récit de Rascal, mis en image par Murat.

  4. Coquille corrigée, merci de votre vigilance.

  5. Paul Eluard

    Les artistes offrent des yeux neufs au public.
    Les critiques ne fournissent que des lunettes…

Publiez un commentaire