Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 30, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Benalla et moi

24 février 2020 |
SERIE
Benalla et moi
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
18.90 €
DATE DE SORTIE
09/01/2020
EAN
2021427358
Achat :

C’est l’histoire d’un jeune homme ambitieux, à la trajectoire étrange et fulgurante. À l’époque où la vidéo le montrant en train de frapper un manifestant au sol, place de la Contrescarpe à Paris, fait le tour des réseaux, les Français n’ont encore jamais entendu parler de lui. Alexandre Benalla est alors un « obscur » chargé de mission à l’Élysée. Au départ simple garde du corps, il est maintenant devenu, à 25 ans, une de ces personnes dont on se dispute l’influence dans les cercles de pouvoir. Grisé par son ascension, fasciné par la violence, ses dérapages finissent un jour par éclabousser son protecteur.

benalla-et-moi_imageCertains l’ont qualifié de non-affaire, arguant que la presse, en plein temps mort de l’été 2018, avait fait un feuilleton (par ailleurs captivant) de ce qui n’était que le dérapage d’un individu isolé. Cette synthèse des événements démontre au contraire, de manière édifiante, que « l’affaire Benalla » traduit en creux rien moins que la tendance autocratique du pouvoir sous la présidence d’Emmanuel Macron.

Case après case, fragment après fragment, on nous démontre ainsi comment, pour protéger celui qui est devenu au fil du temps, un proche, le président et son entourage direct dissimulent, maquillent sans vergogne, puis finalement se butent (on veut un responsable ? Qu’on « vienne le chercher »). Le tout, de manière parfaitement claire et concise. Limpide.

Une bonne synthèse est un exercice toujours difficile, et il faut ici signaler le brio du duo de vieux briscards formé par les journalistes du Monde Ariane Chemin et François Krug, les premiers à avoir révélé l’affaire. En grands professionnels, ils restent à distance subtile de leur sujet, déroulent les faits en soufflant les conclusions plutôt qu’en les imposant, pour au final offrir une démonstration de classicisme journalistique.

Au dessin, l’auteur du délirant Cosmik Roger excelle dans le documentaire. Julien Solé, alias Julien/cdm n’en est pas à son galop d’essai (L’Argent fou de la Françafrique, 2018) et confirme ici sa maîtrise. En particulier, le découpage est remarquable de fluidité, et vient tout en douceur appuyer la clarté du propos.

Après, entres autres, l’excellent Kadhafi, des billets et des bombes, et le succès de Algues vertes, l’histoire interdite, La Revue Dessinée continue ses partenariats gagnants (cette fois-ci, avec les éditions du Seuil, qui ont racheté, conjointement à La Revue Dessinée, les magazines 6 Mois et XXI en 2018) et impose son savoir-faire en matière d’enquêtes dessinées. Avec Benalla et moi, on déguste un modèle du genre, tant du point de vue journalistique que de la mise en scène dessinée. Chapeau.

Publiez un commentaire