Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 13, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Cher Opa

30 septembre 2019 |
SERIE
Cher Opa
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
23/09/2019
EAN
2369120584
Achat :

Un jour, Serena découvre au hasard de photos l’image d’un grand-père en uniforme, ayant passé une partie de sa vie dans les Jeunesses hitlériennes. Sept ans pendant lesquels il apprend à être un soldat zélé, obéissant, qui ne pense pas mais se bat. Une bête de combat. Ce grand-père est pourtant né « sous une bonne étoile » : sourire insolent, habitué au succès et à la chance, il est un artiste talentueux doublé d’un sportif médaillé. Mais toutes les photos, loin de ce portrait enjôleur, révèlent plutôt un homme apeuré… Derrière les succès, un passé plus sombre.

cher-opa_image1 Lire une BD éditée par Ici Même, c’est toujours l’assurance de sujets intéressants qui suscitent la réflexion, et une approche différente en termes de narration. Ici pas de cases, pas de bulles mais des pages entières pour accueillir le dessin au style crayonné, avec quelques inserts de texte et de couleurs. Un double texte en fait : la vie officielle du grand-père – le récit de son destin – contrebalancée par le regard de la petite-fille. Peu de mots, de grandes illustrations, une narration fluide doublée d’un dessin immersif. D’un point de vue technique, la BD fonctionne agréablement. Sur le fond, on a plus de doutes. L’ambition de Serena Katt, c’était d’interroger un hiatus, un décalage, entre le récit trop lisse fait par un grand-père de sa vie et un passé trouble. On suit donc l’itinéraire de ce grand-père embrigadé dans les Jeunesses hitlériennes à la lumière des questions de Serena. Qu’a-t-il vécu, pensé, ressenti dans cette machine à fabriquer des guerriers ? Quelle est sa part de responsabilité, quel est son degré de conscience ? On ne le saura pas. Juste des impressions, des hypothèses, des pensées, une manière pour Serena de combler les lacunes du récit. Résultat, on n’est jamais dans l’empathie pour ce grand-père ambigu et transparent, moins attachant que douteux (il semble presque déçu de ne pas faire la guerre…).

Autre problème, l’absence de contexte historique précis, juste esquissé, comme si la guerre n’avait pas eu lieu. L’impression d’une narration déracinée, qui tourne à vide. Peu d’événements sont évoqués, peu de dates, la Shoah jamais. D’où la question : de quoi Opa devrait-il se sentir coupable ? Et Serena de dialoguer toute seule… Ce parcours du grand-père est à peine mis en regard des événements. Reste au final un album qui semble ne tenir que par les questions posées et l’ambiguïté du personnage. Sans aucune réponse. Seule la propagande nazie apparaît clairement : les hommes ne sont plus des êtres pensants mais des bêtes de combat en devenir. Un album intéressant au départ mais qui manque finalement son propos.

cher-opa_image2

 

 

Publiez un commentaire