Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | June 28, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Fool Night #1

25 mai 2022 |
SERIE
Fool Night
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
7.60 €
DATE DE SORTIE
04/05/2022
EAN
2344052690
Achat :

fool-night_imageeDans le futur, un énorme nuage recouvre la Terre, la plongeant dans l’obscurité, la détresse et surtout le risque de suffoquer : sans lumière, point de plante, point d’oxygène. Heureusement, les humains sont malins et développent une parade étonnante : ils transforment des hommes et femmes à l’orée de la mort en plantes n’ayant pas besoin de lumière. La mutation dure une paire d’années, au terme desquelles le végétal a définitivement pris la place de son hôte bipède. Et cerise (factice) sur le gâteau, l’État verse une grosse somme d’argent à tout être acceptant de finir ses jours en arbuste. Ce qui ne manque pas d’attiser la convoitise des plus nécessiteux. Mais la loi est stricte : interdit de se suicider ou de mentir sur son dossier médical pour empocher la graine et le jackpot. Un service de contrôle spécial existe pour le vérifier !

Dans ce manga de SF où le pourquoi et les conséquences de l’apocalypse ne constituent pas l’enjeu et ne sont pas détaillés pour l’heure, on suit une contrôleuse de demandes de « transfloraison » assisté d’un jeune homme miséreux qui s’est rendu malade pour pouvoir se faire implanter une graine et régler ses dettes grâce au chèque étatique. Ensemble, ils vont recueillir des requêtes étranges et ainsi se confronter à la peine voire à la haine d’êtres pour qui la vie humaine a perdu son prix. On pense parfois à Panda Detective Agency, pour les enquêtes autour de mutations inexpliquées et l’atmosphère de dépression latente. Mais ce premier tome de Fool Night interpelle davantage, par un rythme qui trouve l’équilibre entre le contemplatif et le dynamique, par une ambiance délétère joliment brossée par petites touches, et par l’audace d’une poésie funèbre et graphique, voire gore, qui émane du coeur du propos : les humains qui se transforment en plantes. Car curieusement, s’il est très perturbant, voire carrément écoeurant, de voir des troncs pousser dans les orbites de cadavres au tout début du volume, la suite du récit montre des bourgeons moins repoussants et des arbres-hommes presque beaux. Surtout, le manga réfléchit ainsi, sans en avoir l’air, et dans une veine pessimiste assez répandue aujourd’hui, sur la question de ce qui constitue la nature de l’espèce humaine et sur la nécessité de l’écosystème terrestre global de s’en débarrasser ou de la transformer pour sauver la planète.

Avec son dessin acéré et jamais maniéré, ses interrogations profondes et ses trouvailles graphiques pas si éloignées du body horror, Fool Night n’est pas le manga le plus fun du printemps. Mais il est sans doute une des bonnes surprises du moment.

© 2021 Kasumi Yasuda / Shogakukan

Fool Night – Tome 01

Publiez un commentaire