Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« Chez les toubibs », ou l’hôpital militaire dénoncé par Gus Bofa

9 février 2015 |

Après le superbe Gus Bofa, l’enchanteur désenchanté, les éditions Cornélius poursuivent leur exhumation de l’oeuvre du dessinateur. toubibs_couvChez les toubibs raconte l’hôpital militaire vu par l’artiste, qui y séjourna entre décembre 1914 et novembre 1915. Blessé aux jambes (« le pied gauche transpercé et la hanche droite fracassée »), il refuse qu’on lui coupe la jambe. Il « intéresse à son sort un chirurgien compétent », précise dans la présentation de l’ouvrage Emmanuel Pollaud-Dulian, spécialiste de l’oeuvre de Bofa.

Ses jambes sont sauvées par « une série d’opérations longues et difficiles », mais le dessinateur est évacué vers un autre hôpital, « où on lui recasse la jambe recollée de travers ». Résultat de cette convalescence pénible et contrarié : « une impotence complète du membre inférieur droit, du genou et de l’articulation tibiotarsienne, avec déviation du pied en dedans, et une impotence notable du membre inférieur gauche ».

« En 1915 et 16, écrit Gus Bofa, j’étais couché. Je faisais de la fièvre et des dessins sur les hôpitaux militaires. » Il livre donc un témoignage, dans lequel, assure-t-il non sans ironie, il ne faut « point chercher la moindre rancune contre le personnel médical ou auxiliaire ». Au fil de planches merveilleusement expressives, l’artiste rebaptise le personnel hospitalier « l’oeuvre de la goutte de pus » ; moque le statisticien qui se vante de n’avoir que « 0,731 pour cent de perte » ; croque avec un humour glauque le « départ pour le billard » d’un blessé ; décrit de façon piquante le médecin-chef, le chirurgien ou l’inspecteur… Chacune des pages suinte à la fois la drôlerie, le désespoir et la guerre, dont Gus Bofa montre ici frontalement les conséquences.

——————————————–

Chez les toubibs
Par Gus Bofa.
Cornélius, 29,50€, le 28 août 2014.

———————————————- toubibs

Publiez un commentaire