Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Emmanuel Despujol, à la tête du « Dixième Peuple »

23 septembre 2015 |

20150629_121429Cet auteur bordelais s’est lancé dans son premier album de bande dessinée à 50 ans. Emmanuel Despujol est un cas rare dans le monde de la BD et il a su tracer son chemin parmi des publications toujours plus nombreuses. Aujourd’hui, afin de répondre à une demande de ses lecteurs, il lance une souscription chez Ulule afin de publier, en 2016, le troisième tome de sa série Le Dixième Peuple. Rencontre avec un auteur tenace et passionné.

Vous avez, à 50 ans, sorti votre premier album. Pourquoi ce tournant dans votre vie ?

C’est avant tout l’histoire de mon parcours qui peut expliquer ce retard ! J’avais très envie de dessiner étant jeune, et surtout d’en vivre mais, à l’époque, la BD n’était pas considérée comme une vraie activité. J’ai fait alors deux fois la première année de pharmacie mais ce n’était vraiment pas mon truc. Puis j’ai rencontré des gens qui avaient les mêmes centres d’intérêts que moi et j’ai commencé à fournir des illustrations, pour Gallimard par exemple. Par la suite, j’ai dessiné pour des magazines de jeux de rôles, notamment pour les Chroniques d’Outre-Monde avec Didier Cassegrain. despujol_dixieme_peuple_peupleJ’ai aussi, en tant que graphiste, travaillé dans le prêt-à-porter et créé des impressions en série pour des tee-shirts. Il y a une quinzaine d’années, je me suis installé à Bordeaux – j’y avais un peu vécu étant enfant –, travaillant toujours dans le même domaine. Impressions pour tee-shirts, logos pour entreprises… Le dessin a finalement toujours fait partie de ma vie.

Le Dixième Peuple se présente comme une série ambitieuse à la cosmologie créative.

C’est vrai qu’elle est difficile à rattacher à un style en particulier. Par exemple, je ne crois pas que ce soit de l’heroic fantasy, un genre très connoté. Mon travail présente une facture différente. Et même si j’ai bossé dans des magazines de jeux de rôles et que cela a été probablement une source d’inspiration, tout est parti d’un intérêt pour la mythologie égyptienne. L’oncle de ma femme est fasciné par la construction des pyramides et avait bien sa théorie sur les origines d’une telle entreprise. Du coup, je m’y suis penché : j’ai appris de nombreuses choses à ce moment-là qui ont constitué le terreau du Dixième Peuple. Ce projet n’a pas vraiment abouti en tant que tel, mais un ou deux mois plus tard naissait la série.

Mais que raconte Le Dixième Peuple ?

Je m’interroge sur les origines. Sur ce qui existait avant le commencement. J’essaie de conjuguer ça avec d’autres mythes : l’Atlantide, la mythologie grecque… C’est la mythologie des mythologies. Le but de la série est d’expliquer pourquoi ces mondes-là vont disparaître pour ne laisser que le nôtre. À travers les quêtes de différents personnages (le nain, Dahouti…) j’essaie de tisser une cosmologie cohérente.

Le 15 septembre, vous avez lancé une souscription sur Ulule pour le tome 3 du Dixième Peuple. Pourquoi ?

despujol_dixieme_peuple3Paquet ne voulait pas le faire tout de suite, mais j’ai senti l’impatience de mes lecteurs qui attendent le tome 3. Et puis la mienne aussi ! J’ai donc, après en avoir discuté avec mon éditeur, décidé de passer par un site de financement participatif. L’histoire se poursuit et la quête de Dahouti l’amènera à assiéger la capitale des Imenti dirigés par Inepou. Et, surprise pour les fans, on retrouvera un personnage auquel on ne s’attend pas !

Comment travaillez-vous ?

Chez moi, je fais un crayonnage sur papier. Je scanne, puis je compose ma mise en page sur ordinateur, enfin je redessine mon montage sur table lumineuse afin de faire un crayonné plus précis. Je passe ensuite à l’encrage avant de l’envoyer à ma coloriste. Dans le tome 3, je vais travailler sur la différenciation au sein d’un même peuple, aller plus loin dans le détail, aussi bien dans les traits que dans les couleurs. Je veux que mes personnages soient bien plus différenciables au sein même d’un peuple. De même, je veux plus de nuances dans les couleurs.

Le Dixieme Peuple T3 c

 

despujol_dixieme_peuple_etapeQuel public visez-vous ?

Je ne vise pas un public particulier, et, en salons, je me suis aperçu que j’avais un lectorat assez large. Les ados d’une dizaine d’années sont attirés par l’aspect comique ou l’anthropomorphisme des personnages. Les adultes sont, eux, davantage intéressés par le discours de fond sur la religion et la liberté. Je suscite aussi, d’après les différents retours que j’ai pu avoir, la curiosité des adeptes de la mythologie égyptienne ou, plus globalement, des mythologies. J’essaie de tourner un maximum dans les festivals, surtout les petits, qui permettent de mieux diffuser mon travail, en tant que débutant. Cet été, par exemple, je suis passé à Ambierle, en Auvergne, ou à Eindhoven, aux Pays-Bas, où mon album a été traduit en hollandais ! Mais il est évident que je ne bouderai pas les plus grands rendez-vous comme Angoulême.

despujol_dixieme_peuple3-1

Quels sont vos projets ?

le_dixieme_peuple_image1Delcourt m’a proposé de reprendre la série de Jacques Lamontagne et Thierry Gloris, Aspic, parue dans la collection Quadrants. Je serai donc le dessinateur du tome 5 d’Aspic. Je prends du plaisir car c’est un challenge et un honneur de participer à cette aventure. Je travaille aussi sur un album jeunesse pour Paquet, l’éditeur du Dixième peuple. Je vais développer un personnage albinos qu’on ne fait que croiser dans ma série. Je m’épanouis dans ce que je fais. Les éditeurs me font confiance. Dans une production pléthorique, c’est une satisfaction. Et j’intègre les ateliers du Professeur Demons – association 9-33 – prochainement ! C’est une super opportunité.

Propos recueillis par Marc Lamonzie

____________________________

Le Dixième Peuple.
Deux tomes parus chez Paquet.

La page Facebook de la série
La page Ulule de souscription pour le tome 3.

Images © Emmanuel Despujol – Photo © BoDoï

____________________________

Commentaires

  1. Eric

    Bonjour entretien fort enrichissant. Y a-t-il un moyen de te contacter Marc pour parler du futur salon bd de Clairac…
    à bientôt

Publiez un commentaire