Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Hugo Pratt, ses périples secrets à la Biennale du 9e art de Cherbourg

6 avril 2009 |

pratt_affiche.jpgPas facile de pénétrer le monde d’Hugo Pratt, peuplé de dizaines d’albums et de personnages, et de styles très différents. Et c’est là la grande réussite de l’exposition organisée à l’occasion de la 5e Biennale du 9e art de Cherbourg: proposer une rencontre originale et très plastique avec le créateur de Corto Maltese, loin de la bête présentation de planches originales. « Cette exposition est une nouvelle étape dans l’expérience de découverte de l’artiste et de l’homme Hugo Pratt », s’est enthousiasmé Pietro Gerosa, manager de Cong SA, société gérant les droits de l’oeuvre de Pratt. Visite guidée.

pratt_expo1.jpgL’exposition présente évidemment nombre d’originaux (planches, dessins, croquis), mais s’inscrit dans un cadre « art contemporain », très sensible pour le visiteur. En effet, l’idée du Musée Thomas Henry, qui accueille cette manifestation, est de mettre l’accent sur l’évolution du style d’Hugo Pratt tout au long de sa carrière, et sur sa tentation de l’abstraction. Ainsi, de ses premières BD argentines, dans lesquelles le maître était fasciné par le réalisme de l’Américain Milton Caniff, à l’album ou encore ses sérigraphies, le style Pratt s’est peu à peu simplifié, produisant dans l’économie de moyens des effets étonnants. « Je voudrais arriver à tout faire comprendre avec une seule ligne », disait-il. L’exposition intitulée « Périples secrets » le prend au mot et met en relief cette démarche artistique.

pratt_formule1.jpgLa mise en scène démarre avec une oeuvre bien loin de la bande dessinée: une Formule 1 sur laquelle Pratt a détourné l’imagerie du sponsor de la voiture de course, Gitanes. Avec des sérigraphies accrochées sur le mur en vis à vis, montrant l’essai de fragmentation du motif par Pratt.

Ensuite, on découvre avec trois vidéos l’artiste Hugo Pratt, en train de discuter, de dessiner, de promener sa carcasse massive. Et on se régale de sa technique d’aquarelle, sorte de magie picturale donnant vie au dessin sur papier. Puis, on découvre un espace appelé « atelier », dévoilant croquis, études, essais, de personnages surtout, mais aussi d’affiches. La lumière douce met joliment en valeur les différentes techniques utilisées par Pratt: crayon, aquarelle, feutre, encre…

pratt_atelier1.jpg pratt_atelier2.jpg pratt_atelier3.jpg pratt_atelier4.jpg pratt_atelier5.jpg

La salle suivante présente des portraits très agrandis de Corto Maltese, qui défient du regard (et de la stature) le visiteur. Détaillés ou simplement jetés sur papier, ces portraits – dont on peut apprécier les originaux sur une table – impressionnent par l’efficacité du trait.

pratt_corto1.jpg pratt_corto2.jpg pratt_corto3.jpg pratt_corto4.jpg pratt_corto5.jpg

pratt_expo2.jpg

Puis viennent les planches, dont beaucoup sous influence américaine. Influence des comics, bien sûr, mais aussi du cinéma. Les cadrages, le mouvement, le jeu d’ombres et de lumières évoquent évidemment le septième art. Ce parcours de planches se concluent par des strips extraits de , dernier album d’Hugo Pratt, à l’onirisme marqué. Dans ceux-ci, il utilise des travellings arrière, partant d’un gros plan de détail – très abstrait – à un plan large, où l’on comprend sur quoi l’auteur se focalisait. Poésie et mysticisme émanent de ces strips, qui annoncent la dernière salle.

Dans celle-ci, on découvre trois séries de grandes sérigraphies carrées, composant une sorte de puzzle d’un dessin qu’on ne verra jamais entier. Chaque cadre montre un détail en gros plan (une chaussure, un morceau de visage, une encolure…), mais pris à part, il peut se lire comme une peinture abstraite, faite simplement de lignes et d’aplats de couleurs. De la BD à l’art contemporain, il n’y a qu’un pas, et Hugo Pratt l’a franchi.

pratt_abstrait1.jpg pratt_abstrait2.jpg pratt_abstrait3.jpg pratt_abstrait4.jpg pratt_abstrait5.jpg

__________________________________________________

Exposition Hugo Pratt, périples secrets.
5e Biennale du 9e art de Cherbourg-Octeville.
Musée Thomas Henry, 4 rue Vastel, Cherbourg.
Jusqu’au 20 septembre 2009. Entrée libre.

Hugo Pratt, périples secrets. Casterman, 59,50 € (broché) ou 75 € (cartonné). Achetez-le sur Amazon.fr

Photos © BoDoï – Images © Cong SA

__________________________________________________

Commentaires

  1. Phimidis

    inscription à la newsletter
    Merci

  2. Phimidis

    inscription à la newsletter
    Merci

  3. Cher Phimidis,
    vous pouvez vous inscrire à la newsletter en entrant votre email dans la zone prévue à cet effet: colonne de droite du site, en haut, sous l’image animée du « top ten ».
    à bientôt

  4. Cher Phimidis,
    vous pouvez vous inscrire à la newsletter en entrant votre email dans la zone prévue à cet effet: colonne de droite du site, en haut, sous l’image animée du « top ten ».
    à bientôt

Publiez un commentaire